ActualitéMonde

Nigeria : La communauté Biafraise manifeste devant le siège de l’ONU à Libreville

0
La communauté Biafraise manifeste devant le siège de l’ONU à Libreville.

Des membres de la communauté Biafraise ont manifesté par centaines, dans le calme, ce vendredi au siège de l’Organisation des Nations Unies à Libreville, pour réclamer la libération de Mazi Nnamdi Kanu, le leader indépendantiste de Indigenous People of Biafra (IPOB), arrêté il y a trois semaines au Kenya.

«La manifestation de ce matin consiste d’abord à la libération de notre leader Mazi Nnamdi Kanu qui a été arrêté illégalement au Kenya et extradé au Nigeria », a déclaré David Chukwumah, secrétaire général du mouvement du peuple biafrais au Gabon, affirmant qu’«à l’heure actuelle il est entre les mains des agents secrets du Nigeria».

«Donc, nous sommes ici au siège de l’ONU pour demander sa libération», a-t-il rappelé, alors que près de 300 membres de IPOB chantaient et dansaient.

Le leader indépendantiste biafrais, Nnamdi Kanu, a été arrêté le dimanche 27 juin 2021 lors d’un voyage à Nairobi et transféré vers le Nigeria. Ses partisans affirment qu’il a été enlevé par des agents des services secrets nigérians.

La libération du leader indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu n’est cependant pas la seule revendication des manifestants.

«Nous continuons à demander un référendum qui est une chose normale dans un état démocratique et que le gouvernement nigérian continue de refuser», a affirmé David Chukwumah, indiquant que les Biafrais ne baisseront pas les bras.

«Nous voulons un référendum qui portera sur les situations générales, nous ne voulons plus rester au Nigeria. Nous réclamons notre indépendance, nous voulons avoir notre propre pays comme ça été le cas en 1967 et 1970», a-t-il conclu.

Le président de «Indigenous People of Biafra au Gabon», Amadi Chima a annoncé que la prochaine manifestation aura lieu devant l’ambassade du Nigéria à Libreville, indiquant par ailleurs que les Biafrais au Gabon ont une relation cordiale avec leur représentation diplomatique.

Le 6 juillet 1967, le colonel Ojukwu déclenchait la sécession de la région orientale du Nigeria, qui s’autoproclame République du Biafra. La guerre civile qui va s’en suivre fera entre un million et deux millions de morts.

JD METOCKO BAMBA

Port-Gentil : Des Barrières électriques comme solution au conflit homme-éléphant

Article précédent

L’ancien ministre Fabien Owono Essono tire sa révérence !

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité