ActualitéOgooué-Ivindo

Makokou : Le sort des vingt-quatre prévenus de la manifestation de Mekambo attendu le 24 juin prochain

0
Marche de protestation des habitants de Mekambo.

Au moins vingt-quatre (24) personnes impliquées dans l’affaire de violentes manifestations du 25 mai dernier à Mekambo, le chef-lieu du département de la Zadié dans l’Ogooué-Ivindo (Nord-est), ont défilé ce jeudi devant le tribunal de première instance de Makokou pour répondre de leurs actes, a constaté l’AGP.

Le verdict de cette affaire, dont nombreux sont inculpés pour attroupements non armés, vols, destructions des biens de l’Etat, violences et voies de fait, complicité de troubles à l’ordre public et de rébellion, est attendu le 24 juin prochain.

Le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Makokou, Euphrasie Ayemingui, a reconnu, dans ses réquisitions, le manque de preuves dans les accusations portées contre le président du conseil départemental, François Dioba et le maire de la commune, Juste Omer Ezona, poursuivis pour délit d’incitation au trouble à l’ordre public. L’ensemble des prévenus interrogés à l’audience n’ayant pas aperçu les deux hommes lors des manifestations.

Par ailleurs, a estimé le procureur, le fait des populations d’avoir empêché les agents de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) de mener leur mission dans le rayon concerné, pour leurs recherches d’un pachyderme qui serait abattu, constitue un délit de rébellion.

Dans une déclaration la semaine dernière, le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Makokou avait indiqué que, lors de cette marche non autorisée, vingt-six (26) personnes ont été interpellées. Après un examen minutieux des procès-verbaux d’enquêtes préliminaires, vingt une (21) personnes ont été poursuivies pour marche non autorisée, destruction et dégradation des biens de l’Etat, incitation à la rébellion et vol aggravé.

Nicaise MAHOMBO MBELATA

Makokou : Les travaux d’extension du réseau d’eau et d’électricité lancés

Article précédent

Les réformes structurelles au centre d’un accord entre le FMI et le Gabon

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité