Monde

RDC : Plusieurs artistes de la Rumba congolaise rendent hommage au Général Défao

0
L’artiste musicien congolais, Lulendo Matumona, alias Général Défao.

Décédé le lundi 27 décembre, à l’âge de 63 ans à Douala au Cameroun des suites d’un malaise, dû au diabète mêlé au Covid-19, l’artiste musicien congolais Lulendo Matumona, alias Général Défao, laisse derrière lui un vide immense dans l’univers de la Rumba congolaise. La nouvelle annoncée par plusieurs médias a choqué célébrités et artistes qui ont tenu à rendre hommage à l’artiste interprète du titre à succès “Amour scolaire”.

La nouvelle de la disparition du Général Défao, le lundi 27 décembre au Cameroun, a suscité une vive émotion dans l’univers de la musique africaine en générale, et celui de la Rumba congolaise en particulier. Suite à l’annonce de ce décès, plusieurs artistes se sont exprimés via les réseaux sociaux pour rendre un hommage à une icône de la musique congolaise.

Réagissant la nouvelle, l’artiste musicien Koffi Olomidé, a écrit sous la légende d’une photo de l’illustre disparu «À toi les fleurs, à nous les larmes. Repos éternel général».

D’autres artistes de la rumba congolaise ont également rendu hommage au Général Défao, à l’image de Fally Ipupa, Roga-Roga, Innoss’B…. «RIP le Général Défao, notre vieux», a posté Fally Ipupa, sous la photo de l’album Amour scolaire de Défao. «Sincères condoléances à la famille biologique de notre Général Défao. RIP légende», a présenté Roga-Roga, avec l’émoji d’un cœur brisé. «Le 24 novembre, le jour où j’ai eu la chance de vous rencontrer, partager le même vol, assis à vos côtés, partager le même hôtel à Ouagadougou. Vos conseils et encouragements seront toujours gravés dans mon cœur, merci pour l’héritage musical et pour la petite vidéo que vous avez faite pour mes parents en swahili aux côtés de mon grand frère Prince Balume. Adieu Général Défao, adieu la légende», a écrit Innoss’B.

Les artistes Ferre Gola et Barbara Kanam, ont également exprimé leur tristesse sur leur compte Instagram, à la suite de cette disparition. De même que l’artiste Werrason qui a réagi : «Je m’incline devant la grandeur et l’héritage du miroir de la musique congolaise en la personne de Lulendo Matumona. Grand frère, tu es une étoile générationnelle qui a brillé dignement au nom de notre culture… Rest In Peace Vieux Def», a également réagi Werrason.

«Tu resteras dans les cœurs et dans les esprits un artiste à la voix exceptionnelle et au charisme incroyable dont le talent n’avait d’égal que l’exubérance…unique ! Repose En Paix Général Défao, Lulendo Matumona. L’Afrique et le monde te disent MATONDO! », s’est exprimé Robert Brazza sur la toile.

Née le 31 décembre 1958 à Kinshasa, Lulendo Matumona alias Défao, a fait danser l’Afrique à l’instar de ses tubes comme «Radio trottoir», ”Famille Kikuta”, “Amour Scolaire”, ”Parfait 1510”.

Il débute dans la chanson, en 1976, dans de petits groupes, d’un quartier populeux de Kinshasa. Ses modèles se nomment, à l’époque, Papa Wemba, Nyoka Longo, Gina Efonge et Evoloko, quatre chanteurs du groupe Zaïko Langa Langa des années soixante-dix. Mais celui auquel il s’identifie le plus, côté chant, c’est Tabu Ley Rochereau.

Sa réputation a rapidement traversé les frontières. Très célèbre au Cameroun et en Côte d’Ivoire, il va intégrer le groupe Zaïko Langa Langa en 1981 avant que son charisme de musicien talentueux le conduise à une carrière solo, à partir de laquelle il chante avec des célébrités comme Carlito et Debaba, la chanteuse Mbilia Belle, feu Simaro Lutumba Ndomanueno et bien d’autres encore.

DT

Covid-19 : la Cour constitutionnelle suspend à son tour l’arrêté 685/PM 

Article précédent

Noël 2021 : L’association Yessi offre des cadeaux aux enfants des Forces de Police à Moanda

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Monde