0

Qualifiée tout dernièrement après son succès probant (3-0) face à la République Démocratique du Congo (RDC), la sélection nationale du Gabon disputera dans quelques mois, la huitième Coupe d’Afrique des Nations de son histoire. Une compétition dont devraient découvrir certains joueurs tels que Jim Allevinah ou Aaron Boupendza, et bien d’autres encore. 

Si la participation du Gabon à la Coupe d’Afrique des nations de 2017, jouée à domicile fut un cruel échec pour la bande à Didier Ovono Ebang, sortie dès le premier tour, une nouvelle génération de joueurs, encore très jeunes ira quant à elle à la découverte, dans les mois à venir, de la compétition la plus prestigieuse du continent africain, avec pour objectif pourquoi pas d’écrire son histoire. Et réparer d’une certaine manière, une anomalie sportive qui avait tantôt privé le Gabon d’une participation à la CAN pendant quatre ans. Une éternité, pour ce petit pays qui a néanmoins eu la chance d’avoir l’une des générations dorées du football africain, en plus de compter parmi ses rangs, l’un des meilleurs attaquants du continent, Pierre Emerick Aubameyang.

Et bien que l’effectif des 23 lors de la CAN en 2017 n’ait pas entièrement été désarticulé de sa principale substance, puisque comme retrouvera sans doute, des cadres comme Bruno Ecuélé, Lloyd Palun, André Poko, Aaron Appindangoye et autres Didier Ibrahim Ndong, il n’en demeure pas moins que certains jeunots devraient se greffer à cette colonne vertébrale pour aller chercher une performance historique au Cameroun voisin. 

De nouveaux visages plus ou moins connus du grand public, qui devraient, sauf un concours de circonstance très défavorable les concernant, sentir le «parfum» d’une CAN. A l’image du «tube du moment», Aaron Boupendza, grand artisan de la qualification du Gabon durant ces éliminatoires où il aura su s’imposer dans le onze de départ de Patrice Neveu.  

A la suite du meilleur buteur actuel du championnat turque, on pourrait citer, Jim Allevinah. Lui qui avait malheureusement, comme ses partenaires, raté l’édition de 2019 en Egypte, suite au nul concédé au Burundi, malgré son match plein à Bujumbura. L’attaquant de Clermont (Ligue 2, France) tiendra donc sa revanche. 

D’autres éléments offensifs, comme Kevin Mayi ou Gaétan Mezu, auront également cette opportunité à moins que Patrice Neveu nous sorte «la surprise du chef» en apportant une touche locale, avec l’appel de Junior Bayhano, dont il a dit continuer de suivre.

Même cas de figure en défense et surtout dans les buts où les Gilchrist Nguéma, Watcher, Amonome et Dalian Toung Allogho, auront l’occasion de rêver. Mais toutes ces spéculations et projections sont toutefois conditionnées: leur état de forme au moment opportun. Etant entendu qu’en sport, et surtout au football, tout va très vite.

Fusher Edzang
 

Football/Franck Nguema : « Après les Panthères, nous allons nous occuper du National-Foot »

Article précédent

Angola-Gabon : Les Panthères à Luanda pour finir en beauté

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *