Société & Culture

ONG AMFES : l’unité africaine par  la santé publique

0

L’ONG Assistance médicale dans les formalités d’évacuation sanitaire (AMFES) a lancé ce lundi 20 juin 2022 à Libreville, la conférence africaine dans le secteur santé. Cette rencontre qui regroupe plus de 20 associations de différents pays africains se veut être une plateforme devant mettre en synergie la médecine moderne et africaine, afin d’améliorer les prestations de santé auprès du plus grand nombre.

“L’information, la prévention pour mieux éradiquer les maladies endémiques en Afrique, seront les axes majeurs de cette rencontre qui regroupe 20 associations inscrites sous le registre de leurs ambassades, dont 15 ont un projet et une pathologie bien spécifique qu’elles présenteront au cours de ces assises qui s’annoncent très riches en échanges. Les 5 restantes vont parler de la Covid-19, surtout pendant la Covid-19“, a expliqué Marie Avorbang Minko, présidente de l’ONG AMFES.

Cette conférence sera également un moment durant lequel des réflexions vont être menées pour faciliter la prise en charge entre Etats africains, et réduire ainsi les coûts d’évacuations. L’objectif serait de faciliter l’accès aux soins de santé pour tous, afin de donner du sourire et de l’espoir à un grand nombre. Pour y parvenir, l’ONG compte sur un appui des grandes firmes implantées sur le continent et sur le lobbying de la société civile, pour permettre à la population, à l’occurrence les personnes économiques faibles, de bénéficier des soins adaptés.

En sa qualité de membre de la société civile, Marc Ona Essangui est revenu sur les opportunités qu’offrent ces assises en matière de choix de santé. “Quand on est malade, on a le choix de recourir à des moyens, à des outils, à des structures, pour être en bonne santé. Cette initiative panafricaine qui regroupe les savants africains devrait être accompagnée. En effet, la dernière pandémie a démontré la force du savoir africain en matière de médecine traditionnelle”, a-t-il fait savoir. Une médecine traditionnelle africaine qui devrait, selon lui, être vulgarisée, en s’appuyant sur l’exemple de la médecine chinoise qui devient un exemple mondial.

ERAM

BEPC 2022 : 68,96% du taux de réussite cette année

Article précédent

Médias : Sébastien Ntoutoume Békalé prend officiellement les rênes de l’AGP

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *