0

Le corps sans vie d’Emmanuel a été finalement repêché des eaux le mardi 13 avril 2021, après une noyade survenue la semaine dernière au débarcadère de Bikélé, dans laquelle il a péri quatre jours plutôt, selon plusieurs témoignages. 

Le 8 avril 2021 en matinée, le jeune Béninois, s’était rendu au débarcadère communément appelé ‘’la Maréé’’, dans le 3ème arrondissement de la commune de Ntoum, sur la route du cimetière des Musulmans pour une partie de baignade. Il était accompagné de quelques jeunes de son âge avec lesquels il avait l’habitude de papoter. D’après certaines sources, il n’était pas coutumier du fait. Loin s’en faut.  

«Il avait traversé la marée, c’est en voulant revenir qu’il s’est noyé. Les agents sont arrivés sur les lieux et ont vu qu’il s’est effectivement noyé lui-même», a affirmé l’un de ses compagnons de baignade. 

«Je connaissais le petit-là ! Je suis triste par sa disparition», regrette une braiseuse de poisson, par ailleurs tenancière d’un bistrot dans le même quartier avant de secouer la tête. 

Son corps partiellement décomposé était vêtu d’un collant noir. «On l’a retrouvé là où on fouillait souvent, mais comme aussi la marée a baissé», a précisé un autre de ses amis. 

Alertés, les Officiers de police judiciaire chargés de l’enquête de la police judiciaire (PJ) avaient procédé dans un premier temps à plusieurs arrestations parmi ces derniers, pour nécessité d’enquête avant de les relâcher plus tard. Le défunt vivait seul dans une chambre qu’il louait dans ce quartier populaire, éloigné de ses parents restés au Bénin, et faisait dans la débrouillardise pour ses besoins, reconnaissent plusieurs habitants. 

Après avoir exercé comme brouettier des casiers d’un dépôt de boissons, il travaillait maintenant auprès d’une certaine dame prénommé Nadia comme gérant de son bistrot. Il sera inhumé dans les jours à venir dans un cimetière municipal non loin, indique t-on.

Willy-Arnauld NGUIMBI

 

Mali : le président de la Coordination des mouvements de l’Azawad tué devant son domicile 

Article précédent

Conflit territorial : le Gabon et Guinée-Equatoriale devant la Cour internationale de justice

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *