Société & Culture

La régularisation des situations administratives expliquée aux personnels des arts et cultures 

0

Le syndicat National de la culture et des arts (SYNACA) et la Fédération nationale des syndicats nationaux de la culture et art (FENASYCA)) ont organisé, le lundi 1er écoulé au musée national de Libreville, une journée dédiée spécialement aux informations sur les régulations des situations administratives dans les secteurs art et cultures. 

La journée d’informations sur les régulations des situations administratives dans les secteurs arts et cultures a été organisée récemment par le syndicat National de la culture et des arts (SYNACA), en collaboration avec la fédération nationale des syndicats nationaux de la culture et art (FENASYCA). 

Cette journée a vu la présence des représentants du ministère de la Fonction publique, de la caisse des pensions de prestations familiales et des membres du comité de pilotage du dialogue social, pour tabler sur les questions des recrutements à la fonction publique des agents sortants des écoles de ce secteur, mais aussi la régularisation des dossiers de reclassement après stage. 

Les représentants de la Fonction publique, pour leur part, ont fait sur place, un bilan du travail déjà effectué à mi-parcours, précisément cette fin du mois de janvier, en termes de recrutement et de reclassement des agents après stage. D’après le document produit par la Fonction publique, aucun nom du ministère de la Culture n’apparait, ni de l’Ecole nationale d’art de manufacture (ENAM). Pourtant cette situation était l’une des raisons du préavis de grève déposé le 20 janvier dernier sur la table du Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda.

«Nous disons qu’il est inadmissible d’avoir pris part au dialogue et de constater que d’autres ministères ont été pris en compte par cette premier vague de recrutement et le nôtre non. Comme depuis 10 ans, nous sommes toujours en marge de ce qui se fait en terme de régularisation des situations administratives», a confié Christian Mermance N’nang Nsome, le président de la FENASYCA. 

Les acteurs de l’art et de la culture ont profité de cette tribune pour lancer un cri d’alarme à l’endroit de leur ministre de tutelle pour dénoncer ce qu’ils qualifient «d’injustice» à leur endroit. 

Ces acteurs ont revendiqué l’indemnité des services rendus pour les retraités, mais également l’arrimage de la pension retraite au nouveau système de rémunérations. 

La Fédération nationale des syndicats nationaux de la culture et des arts a annoncé l’organisation, la semaine prochaine, d’une assemblée générale au cours de laquelle un compte rendu sera fait à la base, avant de décider du maintien ou de la suspension du mouvement de grève, en attentant la suite des évènements du côté de la Fonction publique.

Laïka Naëlle MAGOURA

 

Coopération : Philippe Autié en visite à la Mission Baraka

Article précédent

Industrie: Arise IIP nomme un comité consultatif pour accélérer sa croissance

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *