0

Le président congolais Félix Tshisekedi

Annoncée vendredi dernier, la mise en vigueur des modalités de l’état de siège dans deux provinces de l’est de la République démocratique du Congo rentrera en vigueur dès ce jeudi 6 mai 2021. Le président Félix Tchisekedi l’a indiqué dans un discours enregistré. Cette décision vient donner le pouvoir aux forces de sécurité et suspend les autorités et la justice civile dans cette partie du pays notamment au Nord-Kivu et en Ituri. Le tout officiellement pour mettre fin aux massacres qui sévissent dans ces deux provinces en conflit.

Le président Félix Tshisekedi a signé deux ordonnances qui précisent les conditions de mise en œuvre de cet état de siège. Les gouverneurs et les assemblées provinciales continueront de toucher tous leurs avantages sociaux, mais à compter du 6 mai, ils perdent le pouvoir au profit d’un gouverneur militaire et d’un vice-gouverneur issu des rangs de la police.

On ne connait pas encore les noms des différents officiers nommés, mais ils vont disposer de pouvoirs considérables. Depuis les perquisitions de jour et de nuit, les interpellations en passant par l’interdiction de publications ou même de la circulation des personnes.

La justice civile est elle aussi suspendue. C’est la justice militaire qui sera appelée à juger tous les crimes dans les deux provinces. Les immunités accordées aux officiels seront également suspendues pendant cette période, précise RFI qui l’a appris à travers ces ordonnances.

Ces mesures sont temporaires, l’état de siège devrait durer un mois et être renouvelé tous les 15 jours. Dans son message, le président Tshisekedi a dit être engagé à trouver «une solution définitive à la situation inacceptable» de l’Est. «Aucun Congolais ne devrait rester indifférent», a déclaré le chef de l’État. Il a également assuré avoir instruit le gouvernement pour que les forces de sécurité bénéficient de tout le soutien logistique nécessaire aux opérations.

VEM (Source : RFI)

Examen à fond du procès de Brice Laccruche Alihanga ce mardi

Article précédent

Mounana : Une querelle amoureuse tourne au drame

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *