Société & Culture

Droits de l’Homme : les rapports du Gabon sont prêts pour l’international 

0

LIBREVILLE, 22 septembre (AGP)- Réunis en atelier, les acteurs évoluant dans le domaine de la promotion, la protection et la garantie des droits de l’Homme ont échangé jeudi 22 septembre à Akanda sur la validation des rapports périodiques combinés sur l’examen périodique universel qui sera soumis aux instances internationales pour être défendu et évalué en janvier 2023, dans le cadre de son 4eme cycle.

Le Gabon a des engagements à l’international en matière des droits de l’Homme. Dès lors, il a l’obligation d’assurer le bien-être de l’Homme à toutes les étapes de sa vie en mettant des dispositifs en place pour assurer la promotion de ses droits et sa protection contre toutes les formes de violences. Les actes posés doivent être contenu  dans un rapport périodique.

C’est pour valider ce rapport qu’un atelier a été organisé du 19 au 22 septembre 2022, à Akanda. La cérémonie de clôture desdits travaux a été présidée par Kévin Ndjimba, Directeur de cabinet, représentant le ministre de la Justice, Erlyne Antonéla Ndembet Damas, empêchée.

Au cours de ces assises qui ont duré plusieurs jours, les participants ont passé au peigne fin les rapports afin d’en dégager les forces et les faiblesses, d’en combler les lacunes, d’en corriger les manquements et réajuster les imperfections, selon Kévin Ndjimba.

Pour le directeur de cabinet à la Justice, les participants sont parvenus grâce à la pertinence de leurs analyses et suggestions, à des rapports consolidés dans leur ensemble déclinant au mieux les évolutions positives du pays dans de nombreux domaines tels que l’éducation, l’administration de la justice, la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants, la représentation des femmes à des postes politiques, les conditions de détention etc.

“Cet atelier a été organisé pour permettre au comité national des rédactions des rapports de s’imprégner des bonnes pratiques pour une meilleure rédaction et une bonne rédaction de nos rapports, conformément aux standards internationaux, que nous allons soumettre bientôt aux instances internationales, notamment le rapport sur l’Examen périodique universel”, a-t-il informé. Tout en rappelant que le comité national de rédaction des rapports, conformément à son texte de création, doit être un organe vivant que les acteurs doivent renforcer chaque jour dans le cadre de leurs responsabilités respectives.

“Et procéder de manière régulière aux mises à jour nécessaires de l’évolution de la promotion, de la protection et de la garantie efficace des droits de l’Homme”, a conclu le directeur de cabinet Kevin Ndjimba. Non sans remercier le bureau de l’examen périodique universel du Haut commissariat des droits de l’Homme de Genève, représenté par Martin Seutcheu et Françoise Miande, pour l’appui inestimable apporté dans le cadre de la validation des rapports attendus par les mécanismes des droits de l’Homme.

Dans sa prise de parole, Françoise Miande  a reconnu les avancées en matière de droits de l’Homme au niveau normatif au Gabon. Toutefois, elle a souhaité que cela soit encore plus perceptible dans la mise en œuvre des recommandations, au niveau pratique.

“L’une des recommandations finales est celle de la question du budget du comité de rédaction afin de travailler de manière beaucoup plus efficiente pour que le Gabon soit toujours à la page à l’international dans la production des rapports”, a-t-elle indiqué.

Lesdits rapports seront présentés dans les tout prochains jours au gouvernement pour validation.

CBO/VEM/FE-AGP

Chancelle BIKET ONANGA

Gabon/La nouvelle représentante de la Banque mondiale reçue à la Primature

Article précédent

Lutte contre la vie chère : Des efforts perpétuels au bénéfice des populations

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *