ActualitéEnvironnement

Bakoumba : La Fondation Lékédi Biodiversité inaugurée

0
La Fondation Lékédi Biodiversité a été inaugurée par le ministre des Eaux et Forêts, Pr Lee White.

Dans le cadre de la préservation de la biodiversité, enjeu majeur pour le groupe Eramet et sa filiale Comilog, la Fondation Lékédi Biodiversité, qui vient renforcer le statut du Parc de la Lékédi, a été inaugurée le week-end écoulé par le ministre des Eaux et Forêts, Pr Lee White, à Bakoumba, dans le département de la Lékoko, a-t-on appris d’un communiqué de presse de la Comilog.

D’après ce communiqué, l’évènement s’est déroulé en présence du ministre des Eaux et Forêts, le Pr Lee White, de la présidente directrice générale du groupe Eramet, Christel Bories, de l’administrateur directeur générale de la Compagnie Minière de l’Ogooué (Comilog), Leod-Paul Batolo et bien d’autres invités.

Créée conjointement par Eramet et Comilog, indique la même source d’information , «La Fondation Lékédi Biodiversité» vient renforcer le statut du Parc de la Lékédi, qui se dote de moyens supplémentaires pour préserver la biodiversité du Gabon, réhabiliter les primates orphelins et développer la recherche scientifique. En effet, la préservation de la biodiversité est un enjeu majeur pour le groupe Eramet et sa filiale Comilog qui l’ont inscrite comme un des axes prioritaires de leur feuille de route RSE.

Avec 14 000 hectares, le parc de la Lékédi demeure l’unique parc animalier sécurisé du Gabon. Il comprend une faune et une flore exceptionnelles.

Photo de famille du ministre des Eaux et Forêts, Pr Lee White, de la Présidente directrice générale du groupe Eramet, Christel Bories, et de l’Administrateur directeur générale de la Comilog, Leod-Paul Batolo.

Au fil des années, la protection du site a permis le développement d’une faune locale dense, notamment les primates, mais aussi des espèces moins courantes comme les Potamochères, les Guibs harnachés ou les buffles des forêts. L’inventaire en cours confirme la présence de près d’une trentaine de gorilles, une cinquantaine de chimpanzés. Une des particularités du parc demeure la forte présence de plus de 500 mandrills ainsi que des espèces rares et menacées, comme le Pangolin géant, les Chats dorés, les Panthères, les faux Gavial et une plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux.

Le parc accueille environ 1 800 visiteurs par an.

Nancy Tali Ibinda

Front social : la Conasysed en grève générale de deux semaines

Article précédent

CPI : Bilan mitigé pour Fatou Bensouda, le procureur sortant

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité