ActualitéPolitique

Assemblée nationale: “Chacun de nous doit agir en ambassadeur de paix”

0
Le Président de l'Assemblée nationale, Faustin Boukoubi.

C’est entre autres le message véhiculé par le président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi, à ses collègues députés, ce vendredi 1er octobre, à l’occasion de la rentrée parlementaire au Palais Léon MBA.

Les membres de l’Assemblée nationale ont repris le chemin de l’hémicycle ce vendredi 1er octobre, conformément aux dispositions de l’article 41 de la loi fondamentale gabonaise. Une rentrée parlementaire particulière, d’autant plus qu’elle marque le début d’un cycle de session ordinaire unique de neuf mois.

Occasion pour le président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi, de galvaniser d’ores et déjà ses troupes afin de rester focus sur l’essentiel des missions qui seront les leurs tout au long de cette session. Au regard, notamment, des “vicissitudes” auxquelles ils font généralement face dans l’exécution de leurs missions.

Cependant, a tenu à souligner l’honorable Boukoubi, “ni la subjectivité des jugements péremptoires à notre égard, ni la lourdeur de ces charges ne sauraient nous amener à nous départir de notre noble mission de représentation nationale et de militants de partis politiques“.

Les députés de la 13ème Législature.

Aussi, a-t-il exhorté les députés à toujours œuvrer en faveur de la consolidation de l’unité nationale, gage de paix. «Aussi bien les acteurs politiques et sociaux majeurs de tous bords, que nous les élus, portons une grande part de responsabilité dans le devenir de notre nation», a déclaré le député de Pana. Et de poursuivre : «Chacun de nous doit agir en ambassadeur de la paix, la concorde et de l’unité nationale. A ce titre, nous devons faire preuve d’exemplarité en toute circonstance et tenir compte des malheureux précédents vécus ici et surtout sous d’autres cieux».

Par ailleurs, au cours de cette cérémonie solennelle, un hommage a été rendu à la mémoire du secrétaire exécutif du Bloc démocratique chrétien (BDC, Majorité), Guy Christian Mavioga et de l’ancien Premier ministre, Casimir Oyé Mba, lesquels nous ont quittés respectivement les 4 et 16 septembre dernier. Deux compatriotes qui, selon Boukoubi, auront légué à l’Assemblée nationale, une portion de leur testament en faisant l’apologie de la paix dans le “livre blanc” édité par l’institution en juin dernier.

Walk MASSASSA

Covid-19 : La nouvelle stratégie de riposte débattue à la Présidence gabonaise

Article précédent

Communiqué final du Conseil supérieur de la Magistrature

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité