ActualitéÉconomie

Zlécaf/Infrastructures : Al-Sissi pour des investissements massifs

0

(Le Caire – 16 juin 2022) Le président de la République arabe d’Égypte, Abdel Fattah Al-Sissi, a appelé à une Afrique capable de réaliser les espoirs de son peuple et de sa jeunesse par des investissements massifs dans les infrastructures et la stabilité, jeudi 16 juin lors de l’ouverture officielle des 29ème assemblées annuelles d’Afreximbank 2022 au Caire, en Égypte.

Abdel Fatah Al-Sissi a appelé les gouvernements africains à poursuivre une plus grande intégration avec leurs voisins et frères africains par une intensification des échanges, lors d’un panel sur les chocs et les défis auxquels l’Afrique doit faire face.

Si nous voulons changer le visage du continent africain et en faire un continent capable de réaliser les espoirs de son peuple et de sa jeunesse, nous devons développer les infrastructures pour y arriver“, a déclaré le président égyptien, en présence de 1 500 délégués, dirigeants et experts en économie et finances d’Afrique et d’ailleurs.

Le premier défi du continent africain est de réaliser des initiatives d’infrastructures continentales. C’est le rêve du peuple, surtout dans les pays très peuplés et l’espoir de la jeunesse. D’énormes investissements sont nécessaires pour atteindre les objectifs et les ambitions d’une Afrique intégrée”, a affirmé le bâtisseur de New Cairo (Le Nouveau Caire), ce vaste chantier qui fait émerger au jour le jour la nouvelle capitale administrative d’Egypte et qui abrite ce grand forum.

Chantre d’une Afrique renaissante, le président égyptien a investi 400 milliards de dollars US, soit 200 000 milliards de francs CFA, dans la construction des infrastructures ces sept dernières années.

Fort de l’expérience de son pays pour un impact sur 12% du territoire, Al-Sissi s’est interrogé et a interrogé les experts au sujet de toute l’Afrique, sur la quantité d’argent qu’il faut mobiliser pour le libre-échange interafricain.

Le chef de l’Etat égyptien a indiqué que la stabilité était la condition sine qua none pour attirer les investissements étrangers et même locaux.

Bon élève en la matière, après les printemps arabes, le pays joue un rôle axial dans le maintien de la sécurité et la stabilité à la porte du Proche et Moyen-Orient, secoué par les tensions et les conflits armées.

Le Pr Benedict Okechukwu Oramah, président et président du Conseil d’administration d’Afreximbank, a reconnu les réalisations exceptionnelles du président égyptien et son engagement envers le progrès de l’Afrique. “Chez Afreximbank, nous partageons votre “Engagement pour l’Afrique”. Nous accordons la priorité à l’Afrique dans tout ce que nous faisons“, a-t-il affirmé. Soulignant la nécessité pour les institutions africaines de faire davantage pour renforcer et unifier le développement économique du continent.

Afreximbank est devenu un instrument vital d’intervention en cas de crise en Afrique. Le succès des interventions de la Banque nous rappelle l’urgence non seulement de soutenir nos propres institutions, mais aussi de les rendre plus fortes et plus efficaces“, a-t-il ajouté.

Les discussions se sont poursuivies sur l’investissement du capital humain, notamment de la jeunesse, du commerce et du développement économique, la libération de tout le potentiel du marché unique, le soutien des PME, des entrepreneurs numériques etc.

Le Premier ministre de la République arabe d’Égypte, Mostafa Madbouly, l’ancien vice-président de la République fédérale du Nigéria, Namadi Sambo, M. Tarek Amer, Gouverneur de la Banque centrale d’Égypte et président de l’Assemblée générale d’Afreximbank, Dr Vera Songwe, Secrétaire exécutive, de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, M. Wamkele Mene, Secrétaire général du Secrétariat de la Zlécaf et Albert Muchanga, Commissaire de l’UA pour le développement économique, le commerce, l’industrie et les mines et Dr Arnold Ekpe, de Busines Coucil for Africa ont pris part à ce forum.

Louis-Philippe MBADINGA

Marine marchande : l’Audit IMSAS pour s’arrimer aux normes internationales

Article précédent

Suspension de l’utilisation des feuilles et des bons d’examens CNAMGS : le mouvement d’humeur se poursuit

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité