ActualitéPolitique

Vie des partis : L’UDERE poursuit son implantation dans le Haut-Ogooué

0
Le Président de l'UDERE, Victor Missanda (C), pendant son discours à Moanda.

Annoncée en août dernier au cours d’une séance de travail présidée par son premier responsable, Victor Missanda, l’implantation de l’Union démocratique et républicaine (UDERE, Majorité) s’est poursuivie le week-end dans la province du Haut-Ogooué (Sud-est), précisément dans les villes de Moanda et Bakoumba.

Dans le cadre du développement de son parti, le président du l’Union Démocratique et Républicaine (UDERE, Majorité), Victor Missanda, a poursuivi, ce week-end, l’implantation de ce jeune parti politique dans les villes de Moanda, le chef-lieu du département de la Lébombi-Léyou, et Bakoumba, le chef-lieu du département de Lékoko, dans le Haut-Ogooué (Sud-est).

Il était question, au cours de ce périple altogovéen, de procéder aux installations des cellules de base de l’UDERE dans ces localités. Ainsi, dans le chef-lieu du département de la Lébombi-Léyou (Moanda), Gilmarol Assale Ndjogho a été installé au poste de secrétaire du 2ème arrondissement, et Alphonse Ramba promu secrétaire d’arrondissement 1. Jean Félix Ndjokakanga, quant à lui, a été hissé au poste de secrétaire départemental.

A Bakoumba, le chef-lieu du département de Lékoko, c’est Hilaire Youbi qui a été investi dans son fauteuil de secrétaire communal. Samuel Mbadoumou occupera le poste de secrétaire départemental. Enfin, le Président de l’UDERE, Victor Missanda, a promu Priva Bapendi au poste de Coordonnateur provincial de cette formation politique. Ces derniers auront pour mission de dynamiser l’action de ce parti dans ces localités du Haut-Ogooué.

«Un parti politique se mesure à travers ses structures de base. Nous avons pensé que pour avoir une bonne formation politique, il faut du travail de terrain. Donc nous avons commencé à faire ce travail. Nous avons commencé les installations dans la province de l’Estuaire, précisément dans le 2ème arrondissement de Ntoum où le parti est très implanté. Nous nous sommes déjà déployés dans l’Ogooué-Maritime et nous allons bientôt nous implanter dans la Ngounié et la Nyanga dans les prochains jours», a déclaré le président de l’UDERE, après avoir fait observer une minute de silence en mémoire de Guy-Christian Mavioga (décédé le 4 septembre dernier, ndlr), le porte-parole de la Majorité Républicaine et sociale pour l’émergence (MRSE) à laquelle l’UDERE appartient.

Satisfait aujourd’hui de la politique de «ce jeune parti politique qui commence à marquer ses premiers pas sur le terrain», Victor Missanda a exhorté les promus à se mettre au travail pour le développement de cette formation politique.

«Je tiens à vous rappeler que nous sommes un parti politique de la majorité soutenant la politique du chef de l’Etat, son Excellence Ali Bongo Ondimba. Un parti politique est comme une armée qui ne peut fonctionner qu’avec des soldats. Et les soldats ce sont les militants. Plutôt que de vivre en figuration pour avoir un nom uniquement sur la liste du ministère de l’Intérieur, nous devons, pour accompagner le chef de l’Etat, donc développer notre parti politique pour que le moment venu nous puissions aller au combat sereinement», a fait savoir Victor Missanda. Non sans exhorter les militants de ce parti à avoir des relations de politesse, de respect, de fraternité, d’unité, avec les autres partis politiques membres de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence.

Les différents promus ne sont pas restés indifférents face à cette marque d’attention à leur endroit. Ils ont remercié le directoire de l’UDERE pour le choix porté sur leurs modestes personnes.

Partout où ils se sont rendu, Victor Missanda et la délégation qui l’accompagnait ont exhorté les uns et les autres à aller se faire vacciner contre la Covid-19 qui continue de se répandre à travers le monde, et au Gabon en particulier.

Membre de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence soutenant la politique du président gabonais, l’UDERE a participé pour la première aux élections couplées de 2018 (Législatives et locales) un mois seulement après sa légalisation, le 10 août 2018.

Fanch Sterley SAYA

Conservation de la nature : le Gabon et la France pour la création d’un Forum d’affaires à Marseille

Article précédent

Le développement du village Ashouka au menu de la visite de Jean Pierre Rougou

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité