0

Un jeune gabonais d’une quarantaine d’années révolues, dont l’identité n’a pas été révélée, a été retrouvé mort éventré la semaine dernière par un éléphant dans une forêt près du village Idemba, regroupement de villages du département de la Mougalaba (dans le Canton Haute Mougalaba), province de la Ngounié, alors qu’il serait parti visiter les pièges.

Selon les faits recueillis auprès de la famille, deux cousins chasseurs sont allés visiter les pièges en forêt. En chemin, ils ont passé en revue quelques-uns et ont eu une prise. Après le prélèvement, ils sont parvenus au campement. Le quarantenaire exhorte l’autre chasseur à rester sur place pour préparer, en attendant que, lui, il va visiter d’autres pièges non loin de là.

Après la visite des pièges, le chasseur, avec deux gibiers en plus, cherche à retrouver son compagnon resté au campement à plus de 2 km. Mais constatant le temps passer sans aucun signe de l’arrivée du compagnon, le cousin vivant lance des interpellations et tente de suivre certaines traces pouvant conduire vers sa direction, mais en vain. Pour ne pas se perdre, il décide de rebrousser chemin et continue au village alerter les parents. Des braves se mobilisent et vont à sa recherche en direction de la forêt, et par l’entremise des auxiliaires de commandement, les agents de sécurité sont informés et mis aussi à contribution.

C’est finalement après une deuxième fouille, dans la zone des pièges que le défunt a visité, dans sa deuxième phase, que la troupe de la battue a fait face à une odeur suffocante accompagnée d’un nuage de mouches. Le corps de ce dernier, sans vie, éventré, gisait au sol. D’après des témoins, à côté de la découverte macabre, des empreintes des pattes d’éléphants étaient visibles autour de la victime et deux gibiers, fruits de sa prise, étaient également en état de putréfaction.

Ce qui peut déjà crédité la thèse d’une mort par attaque de pachyderme et la dépouille a été inhumée sur place. Toutefois, une enquête a été ouverte pour déterminer les causes réelles de cette tragique mort. Dans le département de la Mougalaba, les décès par attaque d’éléphants sont légions, le parc de la Mougalaba-Doudou s’y trouvant.

IPK/JPM
 

Session Criminelle : 11 ans de prison pour deux gabonais pour vol à main armée à Port-Gentil

Article précédent

Affaire EGCA/ Satram : dans l’histoire de la succession

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *