Ngounié

Mouila : Une rentrée effective au secondaire, mais les parents d’élèves traînent encore les pas

0

La rentrée scolaire dans le secondaire à Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié au sud du Gabon a été effective le lundi 16 novembre, obéissant ainsi au calendrier scolaire édicté par le ministère de l’Education nationale, sauf que les parents d’élèves traînent encore les pas liés aux moyens financiers.

Les responsables d’établissements avec leurs personnels respectifs étaient présents dans leurs milieux professionnels pour accueillir les apprenants qui viennent à compte-gouttes, dans le strict respect des mesures barrières liées à la crise sanitaire que traverse le pays, à l’instar du monde entier. Seulement, presque dans l’ensemble de ces établissements, les inscriptions et réinscriptions continuent vu la lenteur des parents d’élèves pour s’acquitter des frais d’écolage et payer les fournitures exigées. 

«3000 F CFA pour le pré-primaire, 5000 F CFA pour le primaire, 10 000 F CFA au secondaire général et même somme au secondaire technique, c’est cher tout ça», s’est exclamé un parent d’élève sans emplois, vivant de quelques subsides gagnés dans de petites bricoles. 

«Nous parents avouons ne rien comprendre de cette hausse dans le public, malgré l’interdiction de ne plus fournir une rame de papier, du papier hygiénique et une somme soit-elle modique de la mutuelle ou coopérative», s’est expliqué un autre, dossiers en main pour une éventuelle inscription de deux enfants venant d’un établissement privé laïc. Loin d’être un leurre, rien n’a changé, les mêmes exigences restent.

En face, les explications ne tarissent pas. «Nous pouvons respecter la décision de la tutelle, mais ce ne sont pas tous les élèves qui disposent des manuels exigés dans les programmes, donc l’enseignant est obligé d’utiliser des copies fournies à partir des rames pour ne pas léser ceux en manque», a réagi un responsable d’établissement qui a requis l’anonymat pour faire comprendre le bien-fondé des fournitures exigées à chaque inscription ou réinscription. 

Pour de nombreux parents, le mois est difficile, raison pour laquelle les progénitures se retrouvent encore à la maison en attendant d’être situées sur leur début de cours. D’autres encore, le souci se situe au niveau des affectations, les fonctionnaires étant souvent affectés ou mutés dès que le besoin des tutelles se présente. Du côté des enseignants, cette problématique se pose aussi, d’où parfois l’absence dans les salles de classes de certains parmi eux. Outre ces différents aspects évoqués en plus de quelques réglages à faire. 

Des parents d’élèves remercient le gouvernement pour avoir validé les examens du Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE) avec son entrée en 6e et du Brevet d’études du premier cycle (BEPEC), une inquiétude qui hantait les foyers. «Les retardataires rattraperont les cours dès que possible», entendait-on dire.

IPK/JPM
 

20è concours d’agrégation CAMES: Le Gabon fait 100%  de réussite en médecine humaine

Article précédent

Conseil de Cabinet à la Primature : la problématique de l’eau et de l’énergie au menu

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Ngounié