0

Cette affirmation est du maire de Minvoul, Marie Paulette Mbang Mfole qui, au cours d'un entretien accordé dernièrement au bureau local de l'AGP, est en outre revenue sur plusieurs autres sujets relatifs au fonctionnement de l'institution qu'elle dirige.

Pour l’édile de Minvoul, le chef-lieu du département du Haut-Ntem, dans la province du Woleu-Ntem (Nord), la pandémie du coronavirus qui sévit au Gabon, a un impact financier fâcheux sur les recettes propres de l’institution qu’elle dirige.

«Je puis vous assurer que pour des petites mairies comme la nôtre, la Covid-19 est un véritable désastre (…). Si vous faites un tour au marché, vous verrez que tout, où presque est fermé. Le gouvernement ayant pris la décision de fermer les bars et les restaurants sans terrasses et c'est précisément dans ce segment d'activités que sont nos locataires au marché. Or, nous ne pouvons pas exiger le paiement d’un loyer à un locataire dont l'activité est interrompue du fait de l'état d'urgence sanitaire. C'est vous dire dans quelle situation nous sommes. Or, c'est le marché qui est la mamelle de toute mairie», explique-t-elle, soulignant qu'en dépit d'une absence d'un budget d'investissement pendant les deux premières années de son mandat, son équipe n'a pas ménagé sa peine pour se mettre au service de leurs administrés.

Il vrai qu'à ce jour, les nids de poules et les crevasses, notamment, qui jonchaient la voie publique, ont disparus.

«Voyez- vous, l'absence de moyens financiers n'a pas altéré notre détermination à nous mettre au service des Minvoulois. Nous avons donc utilisé les ressources humaines et s'agissant de la route, nous avons pris nos brouettes, des pelles et l'aide de la latérite mélangée à du ciment, nous avons fermé les trous. C'est ce même procédé qui nous permet d'entretenir régulièrement la décharge publique des ordures au marché. Nous avons pu également, dans la foulée, réhabiliter la tribune officielle fortement endommagée par un orage fort violent. Vous voyez, nous avons donc fait avec les moyens du bord», poursuit l'édile de Minvoul, non sans se projeter vers l'avenir.

Aussi, rappelant qu'elle avait mis l'accent sur la route, lors de son allocution de prise de fonction, elle entend s'y conformer. «La route étant un facteur important de développement, aussi, sur la base du petit budget d'investissement qui nous a été octroyé, nous avons adopté, lors du récent conseil municipal, deux délibérations, une pour la reconstruction d'un bâtiment au marché détruit par un incendie, l'autre pour réparer la niveleuse de la mairie, sur cale depuis plusieurs années», indique Marie Paulette Mbang Mfole. Précisant que la réparation de cet engin permettra un reprofilage régulier des voiries municipales dont certaines (non bitumées), subissent l'érosion à chaque grande pluie.

«C'est vrai que les pièces de rechange, pour la réparation de la niveleuse, sont devenues rares, car c'est une ancienne marque. Nous verrons donc avec le concessionnaire Tractafric ce qu'il y a lieu de faire pour les obtenir. Nous y tenons, car avec une bonne route, les populations pourront rallier facilement le marché avec leur production», conclut la Maire de Minvoul, Marie Paulette Mbang Mfole, qui tient, par ailleurs, à remercier le membre du gouvernement, Francis Nkéa Ndzigue, originaire du département du Haut-Ntem, pour son aide multiformes à l'institution qu'elle dirige.

Ernest Mvie Mendame
 

Des experts américains soulignent la pertinence de la Proclamation US sur le Sahara marocain

Article précédent

Mairie de Libreville: Vers une modernisation du système de collecte des recettes 

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *