0

Le fondateur de Jeune Afrique, de son vivant.

Béchir Ben Yahmed, fondateur du magazine panafricain ’’jeune Afrique’’ est décédé ce lundi 3 mai 2021 des suites d’une contamination au covid-19 à l’âge de 93 ans. Il était hospitalisé à Paris depuis la fin du mois de mars.

Parfaite coïncidence ou signe du destin, le fondateur du magazine panafricain ‘’jeune Afrique’’ s’est éteint ce lundi 3 mai alors que le monde célébrait la fête internationale de la liberté de la presse. En effet, Béchir Ben Yahmed aura œuvré durant toute sa vie à faire connaître les informations cachées et difficiles d’accès aux hommes des médias notamment dans la sphère présidentielle de nombreux pays dans le monde.

Fondé pour accompagner le mouvement d’émancipation des peuples qui, à l’orée des années 1960 accèdent à l’indépendance, Jeune Afrique a pris une part active dans tous les combats qui ont depuis rythmé l’histoire du continent. D’abord contre les partis uniques et pour l’instauration de la démocratie notamment dans les années 1970-1980. Puis pour l’indépendance économique dans les années 1990-2000 et enfin pour que l’Afrique soit incluse dans la mondialisation dans les années 2000-2020.

Selon ‘’jeune Afrique’’, Béchir Ben Yahmed est « Témoin privilégié de tous les soubresauts de l’Afrique et du Moyen-Orient, observateur et éditorialiste engagé, Béchir Ben Yahmed a fréquenté tout au long de sa carrière des personnalités déterminantes pour le continent : le Sénégalais Senghor, l’Ivoirien Houphouët-Boigny, le Marocain Hassan II ou encore les Français Jacques Foccart dont il a coédité les Mémoires et François Mitterrand ».

« Dans les années 1960, il avait côtoyé Che Guevara à Cuba, rencontré à Hanoï, en pleine guerre du Vietnam, Ho Chi Minh, et bien connu l’Égyptien Nasser, le Ghanéen Nkrumah, le Congolais Lumumba et l’Algérien Ben Bella. » poursuit le journal panafricain avant de conclure que le patron historique de jeune Afrique est l’un des derniers grands témoins de l’Afrique des indépendances et de la période postcoloniale qui disparaît.

Né à Djerba le 2 avril 1928, dans une Tunisie sous protectorat français, Béchir Ben Yahmed est décédé à l’hôpital parisien Lariboisière des suites d’une contamination au Covid-19. Il y était hospitalisé depuis la fin du mois de mars. Militant aux côtés de Habib Bourguiba, Béchir Ben Yahmed avait été très jeune, ministre dans le premier gouvernement de la Tunisie indépendante. Mais la tentation du journalisme l’habitait déjà, c’est ainsi qu’en 1956, il a lancé l’hebdomadaire ‘’L’Action’’ puis, en 1960, ‘’Afrique Action’’ qui, un an plus tard allait devenir ‘’jeune Afrique’’.
Après avoir mené ses carrières ministérielle et journalistique, Ben Yahmed a finalement fait le choix du journalisme. Il quitte Tunis pour s’installer à Rome en 1952 afin de se donner les moyens de son indépendance. Deux ans plus tard, il décide de résider à Paris où son groupe de presse est toujours installé.

Valérie Ezeme Mbo (Sources : jeune Afrique, le monde.fr)

Journée mondiale de la liberté de la presse: «L’information comme bien public»

Article précédent

Examen à fond du procès de Brice Laccruche Alihanga ce mardi

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *