ActualitéOgooué-Ivindo

Makokou : Restitution de l’enquête sur l’impact environnemental et social

0

Un atelier de restitution publique relatif aux aménagements connexes retenus dans l’étude d’impact environnemental et social entrant dans le cadre de la construction et du bitumage du tronçon de la route Makokou-Mekambo-Ekata, long de 260 km, s’est tenu ce vendredi à Makokou, la capitale provinciale de l’Ogooué-Ivindo, a constaté l’AGP.

En mars dernier, des consultations publiques ont été organisées dans les communes de Makokou et Mekambo pour recueillir les avis et besoins des populations impactées par ce projet d’envergure sous-régionale qui doit bientôt améliorer la circulation des personnes et des biens dans la zone du projet.

Conformément à son objectif, la construction de la route en projet vise à améliorer le réseau routier pour une meilleure intégration régionale. En effet, la construction de la route en projet va permettre d’accroitre la circulation des personnes et des biens entre le Gabon, le Congo et le Cameroun, tout en augmentant les échanges commerciaux entre ces pays de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

La réalisation de cette route va également faciliter l’accès aux services socio-économiques de base tels que les établissements scolaires, les centres de santé, les hôpitaux et les marchés. Le projet vise également à réduire, de façon optimale, le temps et la distance à parcourir, afin de joindre les services de base souhaités en cas d’urgence.

Le tronçon de route qui fait l’objet de cette étude est une section de la route nationale 4 (RN4). Il est l’un des axes routiers les plus importants du pays. Car, il constitue la colonne vertébrale du réseau routier de la province de l’Ogooué-Ivindo, notamment dans les départements de l’Ivindo et de la Zadié. Elle relie la RN2 au niveau de Lalara à la frontière du Congo en passant par les villes d’Ovan, Makokou et Mekambo.

Les aménagements connexes dans le cadre du projet viennent en appoint aux insuffisances multiformes constatées dans les agglomérations et villages traversés par la route. Ils ont été sélectionnés sur la base participative et constituent les principales recommandations faites par les populations et retenues par les experts et l’administration sur la base des limites budgétaires. Ils comprennent, entre autres, l’aménagement des murs d’enceinte, la réhabilitation et la reconstruction des écoles primaires et du lycée de Mekambo, la réhabilitation et la reconstruction des dispensaires, l’aménagement des pistes connexes à la route principale pour permettre le désenclavement des zones de production agricoles, l’aménagement des pompes hydrauliques et des panneaux solaires, …

La restitution de cette étude d’impact environnemental et social menée respectivement par le point focal environnement du ministère des travaux publics, Emérentienne Ndombi, le directeur de la normalisation à la direction générale des études et des infrastructures, Henri Blaise Mounguengui et le consultant du cabinet CIRA SAS/S2+ BTP, Martial Agondogo a suscité l’acclamation des représentants des populations à travers leurs élus et les responsables administratifs. Tous ont émis le souhait de voir ce projet aller à son terme pour le bien-être des populations de l’Ogooué-Ivindo et partant du Gabon.

Nicaise MAHOMBO MBELATA

Crise Maroc – Espagne : le Parlement panafricain appelle au respect des engagements du Sommet d’Abidjan

Article précédent

Ali Bongo Ondimba réceptionne un navire militaire offert par la Chine

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité