0

Le représentant régional Ngounié-Nyanga de l'Agence nationale de promotion des investissements du Gabon (ANPI-GABON), Bernard Mouniala a annoncé jeudi dernier, la mise en place d’un plan d’action visant à sensibiliser les opérateurs économiques sur la création d’emploi.

Au cours de cette mission, il sera question de sensibiliser les opérateurs économiques sur les avantages liés à l’obtention d’une fiche circuit, encore appelé agrément, de parler des missions de l'ANPI-GABON et les inconvénients de ceux-ci suite à l'informel, ce depuis le début de cette année 2021.

Selon lui, plusieurs opérateurs économiques de la Ngounié et de la Nyanga, sous-informés, travaillent dans l’informel et sont dépourvus d’un acte de naissance de leurs entreprises.

Fort à propos, il est revenu sur les  missions assignées à son entité, «L’ANPI-GABON fait dans la facilitation de la création d'entreprises. Lorsqu'on exerce une activité génératrice de revenu, on se doit d'avoir une fiche circuit, c'est l'autorisation d'exercer. Afin d'éviter de travailler dans le faux, donc dans l'informel. Il est important d'avoir ce document qui est l'assurance de l'entreprise. Les missions plurielles de l'ANPI sont donc non seulement de faciliter la création d'entreprises, mais aussi d'accompagner les entreprises dans leurs progressions. Les modalités dépendent du type d'entreprise ou d’activité. Soit individuelle ou en personne morale. De plus ces entreprises se créent soit en lignes ou dans nos locaux provinciaux. Ce sont les Gabonais et les étrangers qui y sont conviés», a-t-il souligné.

«Lorsque vous êtes en règles, reconnu par le greffe, les  impôts  et que  vous payez bien votre patente, vous pouvez être indemnisé par l'Etat en cas de sinistre, de crise sanitaire ou des émeutes…lors de l'avènement de la covid-19, les activités comme les débits de boissons, ont été fermés. L'Etat a donc pris des mesures d'accompagnement pour ceux qui sont en règle dans ce domaine d'activité. Ce qui ont vu leurs bars fermés, ont été assistés par l’Etat», a-t-il poursuivi.

«Quant à ceux qui avaient déposés leurs  dossiers au niveau du ministère du Commerce à Libreville, un travail se fait entre l'ANPI-GABON, le ministère du Commerce et l'Etat Gabonais. En ce moment, ceux qui étaient totalement en règle se voient déjà indemnisés comme les victimes des émeutes de l'élection présidentielle de 2016. Lorsque vous êtes en règle, vous pouvez avoir un crédit auprès d'une banque en présentant un bon business plan afin d'augmenter votre chiffre d'affaire, bien évidemment assisté par l'ANPI-GABON. Nous demandons donc à tous les opérateurs économiques de se conformer afin de bénéficier non seulement des avantages multiformes des affaires, mais aussi d'échapper aux représailles de l'Etat suite aux inconformités des sociétés et entreprises. Jusqu'ici, seulement 150 entreprises ont été créées, le plus grand de nos souhaits serait de rehausser ce niveau d'ici fin 2021», a-t-il conclu.

USN/CSM

Covid-19 : la vaccination s’étend dans l’Ogooué-Maritime et le Haut-Ogooué

Article précédent

Nécrologie: Fidel Andjoua Ondimba tire sa révérence !

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *