Économie

Le projet de loi des finances rectificative 2020 adopté par les députés

0

L’Assemblée nationale a procédé mardi à Libreville à l’adoption en première lecture du projet de loi de finances pour le compte de l’année 2020 approuvé, au cours d’une séance plénière qui a vu la présence des députés, du Premier ministre Julien Nkoghé Békalé et de certains membres du gouvernement.

Ce texte de loi de finances rectificative approuvé préalablement par le Conseil des ministres, le 12 juin dernier, prévoit un budget équilibré en ressources et en charges à 3.047,1 milliards de F CFA contre 3.330,7 milliards de F CFA dans la Loi de Finances Initiale, soit une baisse de 9% correspondant à 283,6 milliards de F CFA. Cette baisse, faut-il le rappeler, découle de l’impact de la propagation de la Covid-19 sur l’économie du pays.

Les chapitres essentiels contenus dans ce texte de loi adopté, consacrent une place de choix au volet social et à la relance de l’économie. En claire, tout en poursuivant les réformes structurelles annoncées dans la Loi de Finances Initiale, le collectif budgétaire 2020 met l’accent sur le renforcement du système de santé et de protection sociale ainsi que sur le soutien aux activités productives afin d’assurer la stabilité macroéconomique et préserver l’emploi.

Outre le projet de loi de finances, les députés ont également voté plusieurs textes législatifs, notamment ceux portant création et organisation du Fonds Autonome National d’Entretien Routier (FANER); création, attribution et organisation de la Société des Transports Urbains (TRANS’URB); règlementation du secteur Tourisme en République gabonaise.

A ces projets de loi, s’ajoutent d’autres relatifs à la suppression des agences qui ont été examinés et adoptés, notamment l’Agence nationale gabonaise de Sureté et de sécurité nucléaire; le Centre gabonais de promotion touristique (GABONTOUR), le Centre national anti-pollution (CNAP), le Comité de privation.

De même que le projet de loi autorisant l’Etat Gabonais à contracter un emprunt d’un montant équivalent à 8 millions 300 mille euros (8.300.000) auprès de la Banque Internationale pour la Reconstructions et le Développement (BIRD).

Certains de ce projets de texte seront examinés par la suite au Sénat avant une éventuelle adoption.

Stéphane NGUEMA 

Le Parti Communiste chinois offre un don de matériel de lutte contre la Covid-19 au PDG 

Article précédent

Les usagers de l’axe Koulamoutou-Lastourville privés de transport 

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Économie