ActualitéPolitique

Le PDG condamne les dérives de communication centrées sur Ali Bongo Ondimba

0
Le conseiller du président du parti au pouvoir auprès du Secrétaire général et porte-parole du PDG, Junior Xavier Ndong Ndong.

Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a condamné ce jeudi à Libreville au cours d’un point de presse, la communication orchestrée par certains opposants et activistes proches de l’opposition dont le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, constitue la cible.

«Le PDG Condamne fermement et avec la dernière énergie, toute parole et acte portant atteinte à l’honneur, à l’intégrité, à la dignité humaine, et à la réputation des institutions de la République, de ceux qui les incarnent et de leur famille», a indiqué le conseiller du président du parti au pouvoir auprès du Secrétaire général et porte-parole du PDG, Junior Xavier Ndong Ndong.

La position du parti au pouvoir s’explique par le fait que «depuis quelques temps, le Parti démocratique Gabonais observe, pour le regretter et les gabonais avec lui, de nombreuses inquiétantes dérives de communication centrées sur l’institution du président de la République», relevant que «sous le couvert des réseaux sociaux et des pseudos communications politiques, le Distingué camarade président Ali Bongo Ondimba et sa famille sont régulièrement injuriés, calomniés et dénigrés avec un langage plus qu’outrageant».

Ce dernier a appelé, par la même occasion, l’ensemble des Gabonais à la vigilance quant aux risques que peuvent engendrer de telles dérives.

«Le PDG appelle donc les Gabonaises et les Gabonais à plus de vigilance, de méfiance et de prudence face à ces fossoyeurs de notre jeune démocratie. En réalité, les actes posés par ces perfides trompeurs, qui sèment la haine et répandent la peur dans les cœurs des Gabonais, ont surtout pour effet, de dresser insidieusement les uns contre les autres et d’accélérer la destruction de notre vivre ensemble que nos pères fondateurs ont minutieusement bâti à travers le temps et qui a toujours fait la fierté de notre pays», a-t-il dit.

«Ne mettons pas en péril la paix, par de hasardeux exercices de désinformation, d’appel à la haine ou d’incitation à la désobéissance civique dont personne ne peut d’avance prévoir les conséquences. Les conséquences malheureusement de ces dérives verbales sont le langage ordurier et le comportement blâmable de certains de nos jeunes qui s’inspirent et s’abreuvent chaque jour sur les réseaux sociaux, et particulièrement sur les directs animés par des activistes qui se disent de la résistance», a-t-il poursuivi.

Précisant que «le registre des maux haineux hostiles, malveillants, avilissants et violents prononcés chaque jour par ces activistes et opposants montrent à nouveau à la communauté nationale et internationale, le contenu réel de leur programme politique basé exclusivement sur la brutalité, la vulgarité, l’agressivité et la virulence, mettant ainsi en danger l’unité nationale et la paix dans notre pays qui sont un legs historique des pères et fondateurs de la République gabonaise».

«Les uns et les autres doivent, chacun en ce qui le concerne, prendre leurs responsabilités devant l’histoire et devant la Nation, en rejetant massivement ces discours haineux, séditieux et barbares», a-t-il conclu.

Stéphane NGUEMA

Le Gouverneur de la BEAC fait le point de la situation macroéconomique au chef de l’Etat

Article précédent

Les concours internes ENI/ENS ouverts à nouveau

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité