Woleu-Ntem

Le budget 2020 de la commune d’Oyem voté à plus de 820 millions de F CFA

0

Le budget primitif de la commune d’Oyem, a été arrêté en recettes et en dépenses à la somme de huit cent vingt millions trois cent soixante-seize mille trois cent cinquante-huit Francs (820 376 358 F CFA), soit une baisse de 12,5% par rapport à l’exercice précédent, à l’issue d’une session du Conseil municipal tenue le vendredi 29 mai dans le chef-lieu de la province du Woleu-Ntem (nord).

C’est dans un contexte morose marqué par une baisse de l’activité économique du fait de la crise sanitaire liée au covid-19, que les conseillers municipaux d’Oyem ont examiné et approuvé un budget en diminution de 12,5%, au cours d’une session présidée par le président du Conseil municipal de la ville, Christian Abessolo Menguey. Ce budget a été adopté par 38 voix, contre 1 seule et 0 abstention.

Equilibré en recettes et en dépenses à la somme de 820 376 358 F CFA, comparativement à l’exercice 2019 plafonné à 932 834 603 F CFA, soit une baisse de 112 458 245 F CFA, ce budget exigera rigueur et détermination dans sa gestion et la mise en œuvre de ses projets, estime-t-on.

Selon certains analystes, cette baisse s’explique par plusieurs facteurs, notamment la non prise en charge par l’Etat des émoluments de représentation des maires et Secrétaires généraux; la subvention passe ainsi de 130 millions à 108 millions de F CFA pour les maires, et de 5,4 millions à 1,9 millions de F CFA  pour les Secrétaires généraux.

La baisse du budget 2020 de la commune d’Oyem s’explique également par la diminution de la subvention de relèvement des salaires des agents, qui passe de 39 millions de F CFA les années antérieures à 1,9 million de F CFA en 2020; ainsi que la baisse des ristournes sur impôts, qui passe de 356 millions en 2019 à 152 millions de F CFA en 2020. Soit une différence 203 millions de F CFA.

Au regard donc dudit budget, l’on remarque que celui-ci est toujours en grande partie alimenté par les subventions de l’Etat, soit près de 35%. Par ailleurs, l’instabilité de certaines subventions et le faible montant des ristournes sur impôts locaux reçus, ne présentent pas de garanties suffisantes pour envisager une programmation efficiente d’un développement harmonieux de la commune.

Dans le même temps, la subvention portant relèvement des salaires a drastiquement baissé de 39 à 1,9 million de F CFA, sans que les décideurs ne tiennent compte du préjudice causé au bon fonctionnement du Conseil municipal, et surtout aux besoins d’investissements de l’institution. 

Autant d’insuffisances et bien d’autres que regrettent aujourd’hui les conseillers municipaux d’Oyem, eu égard à l’objectif pressant de développement de leur commune. Et ce, en dépit des efforts fournis sur le terrain par l’actuelle équipe, depuis sa mise en place le 26 mars 2019.

L’on remarque d’autre part que l’apport de l’activité économique de la commune n’est pas négligeable non plus. En effet, elle se situe à hauteur de 45% du plafond global. Mais, les conseillers municipaux regrettent la tendance à la baisse des ristournes sur impôts locaux, et appellent à plus de transparence dans la gestion de celles-ci, pour que les budgets des collectivités locales dans leur ensemble, s’améliorent significativement.

C’est sur cette lancée que le président du Conseil communal a précisé que la gestion du budget 2020 sera axée sur une autonomie financière rigoureuse. De même, au titre des 10 délibérations soumises 

En liaison avec l’approbation du budget 2020, des délibérations ont été adoptées. Ainsi, outre la construction du marché central municipal d’Oyem au quartier Ngouema, principal projet de l’équipe municipale pour cette année 2020, les participants ont examiné et approuvé 10 délibérations, portant notamment sur l’aménagement de nouvelles voies secondaires et le désenclavement de certains quartiers, en partenariat avec la Direction provinciale des Travaux Publics (TP); l’achat de deux camionnettes pour la voierie; le lotissement d’un terrain municipal quartier Ewot-Mekok; la construction d’un marché moderne au 1er arrondissement et l’ouverture de la rocade partant du quartier Ewot-Mekok à celui d’Andome-Odzip.

A noter qu’avant la clôture des travaux dont les échanges ont été houleux par moments, à en juger par les échanges vifs mais empreints de courtoisie et de convivialité, le maire Abessolo Menguey, dans un ton d’apaisement et de pédagogie, a exhorté les conseillers municipaux, toutes tendances confondues, à plus d’efforts, à l’union et à la solidarité, en vue de relever avec plus d’efficacité les défis futurs, donnant ainsi entière satisfaction aux nombreuses attentes de leurs concitoyens et électeurs.

JRBM
 

Covid-19: «Neuf personnes sur dix n’ont aucun signe de la maladie» (Pr Jean Bernard Lekana Douki)

Article précédent

Lutte contre la Covid-19: le gouvernement  appelle à nouveau à une prise de conscience 

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Woleu-Ntem