ActualitéÉconomie

Investissement : le gouvernement édifie les hommes d’affaires français au Gabon

0
Les deux parties ont posé pour la postérité à la fin de la rencontre de ce vendredi 16 septembre à Libreville.

LIBREVILLE, 16 septembre (AGP)-A l’initiative du ministre de la Promotion des Investissements, Hugues Mbadinga Madiya, la rencontre visait à faire comprendre à la communauté d’affaires françaises établie au Gabon les nouveaux modèles économiques afin de s’adapter à la crise économique actuelle. Une rencontre qui a permis aux deux parties de relever quelques dysfonctionnements, avant d’avoir des éclaircissements sur les problématiques soulevées.

Trois membres du gouvernement, Madéleine Berre du Travail et de l’Emploi, Nicole Jeanine Lydie Roboty-Mbou de l’Economie et de la Relance, Hugues Mbadinga Madiya de la Promotion des Investissements, qu’accompagnaient le Secrétaire exécutif du Conseil national du Plan d’accélération et de la Transformation (PAT), Yves Sylvain Moussavou Boussougou et le directeur général de l’Agence Nationale de Promotion et des Investissements (ANPI) Ghislain Mboma Mouandza, étaient face à la communauté d’hommes d’affaires français du Gabon. C’était en présence de l’ambassadeur de France au Gabon, Alexis Lamek.

La rencontre qui a lieu ce vendredi à Libreville s’inscrivait dans une démarche de dialogue public-privé initié par notre gouvernement, via le ministère de la Promotion des Investissements. Elle avait pour objectif de faire comprendre à ces partenaires de développement comment le gouvernement entend accompagner les investisseurs français, notamment pour que ces derniers participent davantage à l’éclosion de l’économie du pays.

Face aux craintes, sinon aux interrogations formulées par les hommes d’affaires sur les problématiques liées à l’attractivité du Gabon, à la compétitivité des entreprises nationales, à la question du règlement de la dette intérieure, à la question de la TVA, des paiements étrangers et la réglementation CEMAC, du droit du travail et du soutien étatique au prix du pain et du carburant, les membres du gouvernement ont apporté des réponses claires aux investisseurs français.

‘’Le Gabon continue d’entreprendre des réformes structurelles visant l’amélioration de l’environnement des affaires (…) Le gouvernement a également adopté le projet de loi fixant cadre général de l’investissement au Gabon’’, a indiqué le ministre Mbadinga Madiya.

Une réforme qui s’ajoute à l’adoption, il y’ a quelques mois, du nouveau code du travail, des mines et des hydrocarbures en République gabonaise. Toutes ces réformes ont pour ambition de rendre plus attractif et compétitif le climat des affaires au Gabon. Des réformes importantes qui ont laissé dire à l’ambassadeur de France au Gabon, Alexis Lamek, que “les entreprises françaises sont prêtes à aller encore plus loin au Gabon”.

Certes secouée par la crise du pétrole en 2014 et la crise liée à la Covid19, l’économie gabonaise a repris du poil de la bête grâce aux efforts de diversification engagés par le gouvernement à travers le Plan d’accélération de la transformation (PAT).

Avec 27% de parts du marché national, la France est le premier fournisseur du Gabon. Les entreprises de l’Hexagone ont, depuis des décennies, un rôle prépondérant dans le développement économique du Gabon. Et avec elle, la communauté d’affaires françaises, laquelle est présente dans les secteurs du bois, du pétrole, des mines, de la grande distribution, des télécoms et des services. Bien que faisant face à la concurrence de l’Asie, leur rôle dans la relance de l’économie gabonaise reste prépondérant.

LKM/CBO/VEM/FE-AGP

Valerie EZEME MBO

Jessye Ella Ekogha : “S’il le faut, Ali Bongo Ondimba prendra d’autres décisions” fortes

Article précédent

Clôture des journées internationales de la médecine traditionnelle 

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité