ActualitéSociété & Culture

Insertion et réinsertion des détenus : les ministères de la Justice et des Affaires sociales œuvreront ensemble

0
Les deux membres du gouvernement pendant la rencontre.

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux et Chargé des Droits de l’Homme, Erlyne Antonela Ndembet Damas, a présidé ce mercredi 23 février, une séance de travail à laquelle prenait part sa collègue des Affaires sociales et des Droits de la Femme, Prisca Koho Nlend. Les deux départements ministériels travailleront main dans la main en vue de la matérialisation de la politique publique d’insertion et de réinsertion.

Au cours de cette séance de travail qui s’inscrivait dans le cadre de l’élaboration des politiques publiques d’insertion et de réinsertion des détenus, il était question de discuter de cette problématique avec le partenaire privilégié qu’est le ministère des Affaires sociales et de faire le point sur toutes les questions relatives à la réinsertion et pour lesquelles les parties s’accordent à travailler ensemble.

La politique nationale d’insertion et de réinsertion poste-carcérale, voulue par les plus hautes autorités, devrait permettre de réduire la récidive et d’assurer la réintégration des personnes en situation post-carcérale. La matérialisation de ladite politique découle d’une instruction du chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, pour un renforcement de l’État de droit, pour une meilleure gouvernance de l’action publique, un suivi sociale et économique des personnes après la prison.

Les échanges enrichissants entre les collaborateurs des ministres respectifs auront surtout permis de mieux présenter le diagnostic fait et de savoir ce que peut apporter le département des Affaires sociales dans l’aboutissement de la politique publique du Gouvernement en matière d’insertion et de réinsertion des détenus.

C’est dans ce contexte que le ministre de la Justice, Erlyne Antonela Ndembet-Damas, a tenu à préciser que le ministre des Affaires sociales et ses collaborateurs ont été conviés à cette séance de travail pour donner leurs avis en terme d’accompagnement, dans le cadre de la politique publique d’insertion et de réinsertion des détenus.

Elle a rappelé qu’il est important que les détenus puissent bénéficier d’une réinsertion scolaire, professionnelle et sociale au terme des peines d’emprisonnement, plutôt que de les laisser en marge de la société. Et c’est dans ce cadre que le partenaire privilégié qu’est le ministère des Affaires sociales est associé.

Le ministère de la Justice attend beaucoup du ministère des Affaires sociales dans la structuration de la détention à travers la mise en place des activités pouvant aider les détenus à se sociabiliser, a-t-elle ajouté.

La ministre des Affaires sociales est, pour sa part, revenue sur l’importance de la rencontre autour de la problématique de la politique d’insertion et de réinsertion des détenus à laquelle elle a été conviée.

«Nous allons réfléchir aux côtés des équipes mises à disposition par le ministère de la Justice, pour accompagner tous les programmes mis en place en vue de la réinsertion des détenus, conformément à la politique du gouvernement et partant du président de la République», a-t-elle précisé.

Le ministère des Affaires sociales entend associer le secteur privé dans le cadre de leur responsabilité sociétale, pour qu’il (secteur) puisse accompagner le Gouvernement. Il entend faciliter dans la mise en place des ateliers de formation et de réinsertion avec l’appui des partenaires et acteurs sociaux.

Intervenant à la suite des membres du Gouvernement, les collaborateurs respectifs des ministres sont revenus, entre autres, sur les deux politiques publiques conçues, à savoir, la politique publique de gestion des peines et de détention présentée en janvier dernier au président de la République et la politique d’insertion et de réinsertion des détenus.

Ils ont dit avoir fait ressortir la problématique sociale lors des différents diagnostics réalisés avant que d’associer les Affaires sociales dans le cadre de l’action commune qui vise à réinsérer les personnes vulnérables.

Les deux parties ont convenu de l’instauration des rencontres de restitution des travaux auxquels les collaborateurs des départements ministériels respectifs prendront régulièrement part.

FSS (Source ministère de la Justice)

Eliminatoires Can Maroc-2022 : les Panthères dames passent à côté de l’histoire

Article précédent

Rétrospective 2021: les faits marquants de la Sobraga

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité