ActualitéMonde

Gabonais du Sénégal: «J’ai ainsi financé des entreprises dans toute l’Afrique, pour plus d’un milliard de dollars » (Fabrice Nze Bekale)

0
Fabrice Nze Bekale, Directeur général du groupe panafricain ''ACT Afrique basé à Dakar au Sénégal.

Titulaire d’un Master en finance et ingénierie financière de l’Université de Paris-Dauphine (France) et d’un MBA de la London Business School (Royaume-Uni), Fabrice Nze Bekale est un gabonais résidant actuellement à Dakar au Sénégal où il occupe la prestigieuse fonction de directeur général du groupe ‘’ACT Afrique’’, un cabinet panafricain de conseil financier et stratégique basé à Dakar, qui sert un large éventail de clients dans le secteur public et privé au niveau local et international. C’est ce Gabonais multidimensionnel qui a croisé la rédaction de Gabon matin.

Gabon Matin : Qui est Fabrice Nze Bekale et quel est son parcours professionnel ?

Fabrice Nze Bekale : «Je suis Fabrice Nze-Bekale, né à Libreville. Je suis le directeur général du groupe ACT Afrique que j’ai rejoint en octobre 2017. Au préalable, j’ai lancé et dirigé la Société Equatoriale des Mines pendant six ans. Avant de rentrer au Gabon en 2012, j’ai été banquier d’affaires à la City de Londres, manager en charge des financements structurés du groupe Celtel à Amsterdam au Pays-Bas. J’ai ainsi financé des entreprises dans toute l’Afrique, par exemple au Kenya, au Nigeria, en Namibie, en RDC, etc. pour plus d’un milliard de dollars. J’ai débuté ma carrière à Citibank au Gabon. En dehors de mon poste à ACT Afrique, je suis très impliqué dans l’entreprenariat. En effet, je suis business Angel depuis une dizaine d’années. Je suis d’ailleurs membre du Dakar Network Angels. Et je suis Président et cofondateur du Gabon Angel Investor Network. Ces deux réseaux réunissent des investisseurs individuels dans des startups et des entreprises au Sénégal et au Gabon respectivement».

Vous êtes le Directeur général d’ACT Afrique. Parlez-nous de ce groupe et de ses missions.

«ACT Afrique est un groupe panafricain qui a été créé en 2012 à Dakar, ville à partir de laquelle nous déployons nos activités sur les pays d’Afrique de l’Ouest et Centrale. Nous offrons des services de management consulting, c’est-à-dire de conseil en stratégie des organisations. Nous offrons aussi des services de conseil en Investment Banking, c’est-à-dire en banque des affaires. Et enfin, nous offrons des services de conseil en communication. Au total nous avons quatre filiales dont nos représentations en Côte d’Ivoire et au Togo. Notre mission est d’être un cabinet d’Africains qui conseille d’autres Africains. D’ailleurs notre slogan est « l’Afrique conseille l’Afrique». Je suis donc le dirigeant de nos filiales à l’étranger et de la filiale d’Investment Banking. La filiale de management consulting est dirigée par un Gambien et la filiale dédiée à la communication par une Sénégalaise. C’est un effectif très multiculturel avec des Sénégalais bien sûr mais aussi des étrangers dont des Ivoiriens, une Éthiopienne, un Béninois, un Togolais, une Capverdienne. En ce moment, je suis le seul Gabonais. Mais une Gabonaise a longtemps travaillé au sein d’ACT Afrique qu’elle a contribué à lancer».

Quel est l’impact de l’ensemble de vos activités au Gabon ?

«Nous ne sommes pas encore installés au Gabon. Toutefois, nous y menons déjà nos activités de conseil. C’est ainsi qu’ACT Afrique a conseillé Cofina Gabon l’an dernier dans la mobilisation de 4 milliards de FCFA auprès de la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC). En ce moment, nous menons d’ailleurs une opération de fusion-acquisition pour le compte d’un client dans le pays. Je m’y rends le plus souvent possible, d’abord pour voir ma famille, et d’autre part, pour rencontrer des décideurs publics ou privés».

Propos recueillis par Valérie Ezeme Mbo

Ligue de handball de l’Estuaire : Mélanie Ntsame Mba rempile pour un nouveau mandat

Article précédent

Santé : le ministre Obiang Ndong en visite inopinée dans les structures sanitaires de Mitzic et de Ndjolé

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité