ActualitéSociété & Culture

Fin séminaire Affaires sociales : les acteurs de la lutte contre les violences faites aux enfants outillés

0
Les officiels pendant la clôture dudit séminaire.

Les travaux du séminaire sur les violences faites aux enfants, ouverts il y a trois jours sous le thème «la prévention des violences faites aux enfants et des stratégies de prise en charge des victimes, témoins et poursuite des auteurs», se sont achevés le samedi 18 septembre écoulé à Libreville.

Les différents ateliers, organisés à l’occasion, ont permis aux participants d’une part, d’acquérir des connaissances pratiques d’approche à la cible, et d’autre part, d’améliorer la prise en charge de l’enfant dans toute sa globalité.

«Vous avez appris de nouvelles aptitudes nécessaires à la prévention aux violences faites aux enfants. Vous avez désormais une connaissance des indicateurs clés de mesure du phénomène de la violence, de sa prévalence et de la riposte globale. Vous cernez mieux les violences par type de manifestation et notamment celle de violence sexuelle, du châtiment corporel et d’autres formes de violences physiques. Vous avez des approches des violences pluridisciplinaires dans le cadre de la riposte au phénomène», a relevé le secrétaire général du ministère des Affaires sociales, Roger Mickala Manfoumbi.

Au terme de cette première conférence sur la prévention des violences faites aux enfants, la participante et chargée d’études à la direction générale de la famille, Gilberte Moutsinga Maganga, n’a pas manqué de saluer les savoirs engrangés au cours de ces moments. «Notamment sur la connaissance des normes, sur la prise en charge multi-opérationnelle, nous retiendrons qu’il est nécessaire pour le gouvernement de poursuivre ce genre d’initiative, de formation pour une meilleure connaissance des textes relatifs à la protection de l’enfant face aux violences. Il faudrait vulgariser l’action du travailleur social pour une meilleure prise en compte du niveau de préoccupation dans les différents secteurs. Et enfin, il faut étendre l’action sociale au sein des établissements primaires qui jusqu’aujourd’hui ne sont pas dotés de services sociaux, etc.», a-t-elle confié.

Les participants au séminaire sur la lutte contre les violences faites aux enfants outillés.

Le gouvernement est ainsi appelé à combler le manque de ressources humaines, matérielles et financières mis en lumière pour la poursuite de ces missions auprès des directeurs provinciaux.

«Sur la protection des violences faites aux enfants, nous avons pu réactualiser nos connaissances et combler le manquement. Nous avons été galvanisés pour la cause qui nous réunit. En regagnant nos localités, nous allons faire de notre mieux pour appliquer toutes les choses qui nous ont été offertes. Nous souhaitons un appui par notre tutelle, en termes de moyens d’accompagnement», a confié la directrice provinciale de l’action sociale de l’Ogooué-Maritime, Flora Carine Dibata.

Loriale KOMBA MANFOUMBY

La société de restauration «Paul le Café» s’implante à Glass

Article précédent

Ntoum : Les populations du village Nzong-Bourg sensibilisées sur la Covid-19

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité