ActualitéÉconomie

PIAEPAL : Les projets d’eau et d’électricité conformes aux délais

0
Le ministre Alain Claude Bilié-By-Nze, les partenaires au développement et la société adjudicataire en mission d'évaluation.

Le ministre de l’Energie et des Ressources hydrauliques, Alain-Claude Bilié-By-Nzé et les représentants de la Banque africaine de développement (BAD), Robert Masumbuko et de la Banque mondiale (BM), Alice Ouédraogo, ont effectué le samedi 10 juillet, une visite d’évaluation du Programme intégré pour l’alimentation en eau potable et assainissement de Libreville (PIAEPAL), ainsi que le projet d’accès aux services de base en milieu rural et de renforcement de capacité (PASBMIR) dans les communes de Ntoum et Akanda.

Dans la commune de Ntoum, les travaux de réhabilitation et d’extension du réseau d’eau potable et d’électricité du Grand Libreville financés par la Banque africaine de développement (BAD) à hauteur de 75 milliards de F CFA sont effectifs. Selon le ministre de l’Energie et des Ressources hydrauliques, Alain -Claude Bilié-By-Nze, «nous sommes dans les délais et ce projet est très important pour le gouvernement gabonais. Cela va fournir à 300.000 habitants de l’eau potable. Nous nous félicitons du concours de la BAD avec le financement de ce projet, la réalisation se poursuit et nous avons instruit l’unité de coordination de rendre disponibles, les chantiers à la population au fur et à mesure de l’achèvement sans attendre la livraison totale».

Pour le représentant de la BAD, Robert Masumbuko, «l’appropriation des projets par la tutelle est remarquable, avec des évaluations régulières qui nous encouragent. Nous serons toujours aux côtés du gouvernement pour des projets structurants. Ce financement n’est pas le dernier», a-t-il conclu.

Le programme intégré pour l’alimentation en eau potable et assainissement de Libreville (Piaepal) vise à renforcer et à améliorer les services d’eau potable et d’assainissement du Grand Libreville. Selon le chef de coordinateur du programme, Gervais Nguema Mba, «nous avons 280 km de canalisation à poser, des réhabilitations de plusieurs réservoirs d’eau, la construction de 4 châteaux d’eau d’une capacité de 3700m3 pour le Grand Libreville sur 32 mois».

Au quartier Malibé dans la commune d’Akanda, au nord de Libreville, le ministre Alain-Claude Bilié-By-Nze et Alice Ouédraogo, représentante de la Banque mondiale, ont évalué l’état d’avancement des travaux d’approvisionnement d’électricité, dans le cadre du projet d’accès aux services de base en milieu rural et de renforcement de capacité (PASBMIR), financé par la Banque mondiale. C’est 14 km de haute tension et 23 km de basse tension prévues.

«Aujourd’hui, l’avancement des travaux est évalué à près de 70% et les délais sont de mise, et nous ne pouvons que nous satisfaire», s’est réjouie Alice Ouédraogo

«Les réalisations envisagées sont visibles», a reconnu le membre du gouvernement, avant d’ajouter que «d’ici à septembre prochain, les populations seront branchées, les quartiers Igoumié, Bambochine, dans le Grand Libreville, sont concernés».

A l’intérieur du pays, les travaux sont lancés à Bitam dans le Woleu-Ntem (Nord), à Franceville dans le Haut-Ogooué (Sud-est) et à Mandji Ndolou, dans la Ngounié (Sud).

Ludmilla NTOUTOUME

Le PDL et la RSE, l’espoir pour les populations de Mounana

Article précédent

Le séminaire d’échanges et de compétences des Sambas professionnels s’achève à Libreville

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité