ActualitéÉconomie

Développement gazier : Les acteurs du secteur s’engagent à accompagner le Gabon

0

Les acteurs du secteur des hydrocarbures sont motivés à accompagner le Gabon dans la diversification dudit secteur, dans la réduction du gaz torché, mais surtout, dans l’exploration et le développement de la ressource gazière, a indiqué vendredi dernier le chef de la Task-force sur la stratégie gazière, Yann Livulibutt Yangari, au terme du sommet sur le pétrole, le gaz et la transition énergétique qui s’est tenu à Libreville.

Présidée par le ministre en charge des Travaux publics, en lieu et place de son collègue des Hydrocarbures empêché, la clôture du sommet sur le pétrole, le gaz et la transition énergétique a accouché de plusieurs recommandations. Celle mise en exergue est le développement de la ressource gazière, objet de cette rencontre axée sur la transition énergétique.

“La Task-force sur la stratégie gazière a reçu comme mission, entre autres, la valorisation de la ressource, la réduction du gaz de torche, la diminution des importations du butane et la mise en œuvre du contenu local”, a souligné le ministre des Travaux publics, Léon Armel Bounda Balonzi dans son allocution. Non sans préciser que cette Task-force s’inscrit dans le Plan d’accélération de la transformation (PAT) dont l’objectif est de relancer les activités économiques fortement sinistrées par la Covid-19. D’où l’idée des plus hautes autorités d’explorer les nouvelles sources de croissance telles que le gaz, pour améliorer la résilience de l’économie gabonaise.

Hormis l’engament des acteurs à accompagner le Gabon dans le développement de la ressource gazière, l’aspect financement de la transition énergétique, à travers des incitations, a également été évoqué. Des échanges sont ainsi prévus avec les organismes internationaux, les banques institutionnelles et les acteurs locaux concernant les mécanismes à mettre en place dans les contrats pétroliers pour le développement du projet.

Autres recommandations, l’augmentation du stockage du gaz butane à 30 mille m3 d’ici à 2030 pour réduire les coûts et le déficit, afin d’approvisionner normalement l’arrière-pays. Sur ce point, a indiqué Yann Yangari, des projets concrets sont en cours, notamment avec la société pétrolière Perenco, qui va commencer à produire 20% de la production locale de butane d’ici Deux ans.

“Nous allons continuer à pousser le secteur, afin que d’autres opérateurs aussi mettent en œuvre des projets d’ici 2023, pour qu’on arrive à une autosuffisance en gaz butane d’ici à 2025” a-t-il déclaré.

La normalisation du secteur gazier n’est pas en reste. Il s’agira, selon le chef de la Task-force stratégie gazière, de développer des normes gabonaises, afin que les acteurs puissent s’approprier les règles en matière de maintenance et le type d’équipements de mesure à utiliser. Aussi, la rencontre de Libreville a-t-elle permis aux acteurs de regarder en détail, les mécanismes à mettre en œuvre pour développer le contenu local. Autrement dit, l’appropriation du secteur des hydrocarbures par les entreprises autochtones.

Pour accompagner ces PME et PMI locales, les panelistes se sont référés au Nigéria, un pays qui a créé un fonds pour soutenir le risque de contrepartie et des garanties pour les banques. Cela, pour mettre en confiance les banques afin de pouvoir les accompagner.

Herman Ulrich NGOULOU

Libreville se réveille d’une nuit noire !

Article précédent

Oyem : L’école protestante de Nkomayat baptisée Beka B’Obame

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité