Ogooué-Lolo

Vers la mise en place d’une association des chefs de quartiers de la commune de Koulamoutou

0

Dans le but  de mieux échanger et évaluer  le développement de leurs quartiers,  ainsi que l’harmonisation de leurs   doléances,  les chefs de quartiers de la commune de  Koulamoutou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Lolo (Sud-est),  se  sont réunis  mercredi 29 juillet,  au quartier Litsebé chez leur collègue Marcel Kimou pour réfléchir sur la reconnaissance et  la  légalisation de leur association apolitique.

L’objectif de cette rencontre est de  mieux échanger et  cultiver l’unité et la cohésion sociale. La mise en place de ce comité permettra  également aux membres de  ladite association de  prendre part à  d’autres rencontres administratives, en évitant le déplacement de tous les chefs.

Pour  Marcel Kimou, la commune souffre de plusieurs maux et pour permettre au pouvoir public de mieux cerner les difficultés des populations, ce collectif s’impose comme une voix du peuple.

Il faut rappeler que  plusieurs décisions et actions sont menées dans la localité sans tenir compte des préoccupations réelles des habitants.  Ces derniers souffrent  des problèmes d’adduction d’eau  et d’électricité,   le groupe de secours en panne n’a jamais été réhabilité.

L’hôpital Paul Moukambi souffre d’un déficit des médecins  spécialistes  d’ophtalmologie, nécessitant     chaque fois des évacuations  vers la ville de  Franceville.  La crise sanitaire  actuelle n’a  pas permis à L’hôpital de bénéficier du matériel  radiologique  et de dépistage du  Covid-19. Ajouté à cela,  le système éducatif qui  reste à désirer.

La mise en place d’un tel collectif pourrait permettre aux élus et autres,  de consulter les chefs de quartiers  dans le cadre de la politique participative. Il serait important pour  les autorités en charge des questions sus évoquées     d’échanger avec  leurs  partenaires  en vue  d’opérer des choix qui collent  réellement aux aspirations des populations.

DM /CSM

 
 

Covid-19: Le « MARS» offre un dispositif  sanitaire à la mairie du 1er arrondissement de Libreville

Article précédent

Quatre-vingts pour cent des gabonais ne tolèrent pas l’homosexualité (Afrobarometer)

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Ogooué-Lolo