Faits divers

Une adolescente de 17 ans assassinée à Kango

0

Une adolescente de 17 ans a été assassinée à Kango-centre, dans le département du Komo, à environ 100Km de  Libreville, a appris l'AGP des sources  judiciaires.

Les habitants sont choqués  après  l'assassinat de la petite LiLi. Le  corps sans vie de cette adolescente   a été découvert dans la nuit de mercredi à jeudi à Kouamé 2, un quartier de cette commune de Kango. Dès l'annonce de la nouvelle, de nombreux badauds se sont rendus sur les lieux  pour toucher du doigt.

La découverte macabre a été faite par son propre père, après plusieurs recherches, en ratissant le périmètre d’habitation. Lequel pourtant l'avait interdit de rentrer dans la maison après une nuit passée dehors. 

C'est dans une  maison inachevée que le corps de l'infortuné a été retrouvé, jeudi 4 juin au petit matin, plongeant la ville et ses environs dans la consternation. 

Selon les  premiers éléments  de l'enquête, il ressort que la petite Lili a été tuée dans la nuit de mercredi à jeudi par  des inconnus qui courent encore. 

Des marques de violence étaient visibles sur son corps, notamment au ventre, genou, et au cou. «C'est ça qui nous a  amené à conclure à un assassinat», a fait remarquer un enquêteur.

Selon nos informations, la défunte  avait fait une fugue la veille vers la maison d'un petit ami sans donner de ses nouvelles pendant un jour. C'est ainsi que son père a pris une sentence contre elle en lui demandant de faire demi-tour dans la nuit du mercredi 3 juin.

Selon les mêmes sources, la victime avait été surprise par son père dans le noir accompagnée d'un garçon.  En courroux, il lui a demandé de faire demi-tour. 

L'hypothèse du viol a du mal à être approuvée par les enquêteurs vu qu'elle était en menstrues.

Dans tous les cas, l'on est en attente des résultats des examens médicaux qui ont été pratiqués par un médecin spécialiste, selon nos sources.

 L'enquête diligentée par la Brigade de Gendarmerie locale du centre de Kango permettra de déterminer les circonstances de cette mort qui plonge les habitants dans la psychose. 

Willy Arnauld  Nguimbi
 

Lutte contre le Covid-19: Le PDG appelle les gabonais à faire le dépistage massif

Article précédent

Conseil municipal de Franceville: Le budget 2020 en hausse de 32 millions de francs CFA

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Faits divers