Ngounié

Un varan sème la peur en dévorant  plusieurs volailles dans un quartier à Mouila

0

Les inquiétudes d’une famille et du voisinage se sont apaisées, lorsque ces derniers se sont aperçus que l’auteur du carnage des basses-cours n’était nullement un humain, mais un varan. Surpris de jour dans un poulailler, le reptile a été l’objet d’une récente course poursuite par les propriétaires, au quartier Moukoumounabuala, dans le premier arrondissement de la commune de Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié.
    
Anodin, sans doute, sauf que les faits sont réels. Ces derniers temps, des familles se sont plaints de la perte de leurs poules et coqs découverts sans vie au petit matin. Le plus souvent la volaille se retrouvait sans viscères, comme si elle s’était fait attaquer par  un félin, à l’exemple de la panthère, qui ne s’intéresse qu’au cœur. Pour ces cas, «l’intérieur de la volaille est sucé», a expliqué une victime, après avoir vu près de neuf de ses poules et coqs décimés sans en connaître le coupable. Mieux, ces riverains pensaient à un dévolu jeté sur la basse-cour ou une épidémie, alors que le mal était ailleurs.
  
Si des personnes averties savent que des reptiles du type varan ou iguane s’illustrent dans ce genre d’attitude, peu ont une idée de ces prédateurs proches de l’environnement humain. C’est ce qui a causé l’émoi de plus d’un, en constatant qu’un varan était en train de consommer l’intérieur d’une poule, bien qu’étant plus attiré par les petites proies comme les poussins, a éclairé un notable. 
  
A la cité SNI (société nationale immobilière), dans le quartier Moukoumounabuala, des enfants jouant au football et cherchant à ramasser un ballon sorti de l’aire de jeu, ont été surpris de découvrir un varan en train de dévorer les entrailles d’un coq, avec aux alentours, d’autres spécimens. Ils sonnent l’alerte et des grandes personnes affluent sur les lieux avec l’idée de l’anéantir, toutes armées des machettes, bois et autres projectiles. Voulant se défendre, le reptile se servant de sa queue fouetteuse sans atteindre des cibles, a profité de la panique de certains qui ont ouvert un espace pour se faufiler dans les buissons, son environnement fermé. 
    
Découragés par la mésaventure, les riverains se sont accusés pour avoir fait filer une proie pouvant au moins faire partie d’un menu familial, au-delà d’avoir été à l’origine de leur désarroi. Mieux, certains se servent désormais des chiens pour favoriser la fouille dans le quartier de ces sauriens carnivores d’Afrique et d’Asie, chose qui n’est pas facile pour les débusquer. 

IPK/JPM/HUN
 

La nomination de Marc Logan Tchango est une provocation de trop, selon Jeff Clio Moulengui Mouélé

Article précédent

Ali Bongo Ondimba attendu à un  Colloque à Brazzaville 

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Ngounié