Monde

Tchad: Les obsèques nationales d’Idriss Deby auront lieu ce vendredi 23 avril

0

Selon un communiqué de la présidence tchadienne publiée par l'AFP, les obsèques nationales  du président du Tchad, Idriss Déby Itno, tué lundi en dirigeant des combats de son armée contre des rebelles, auront lieu ce vendredi à N'Djamena avant son inhumation dans sa région natale à l’extrême Est du pays. La présidence a également démenti la date de décès du maréchal, qui est mort le lundi 19 et non le mardi 20 comme l’a indiqué l’armée.

« Les obsèques officielles du Maréchal du Tchad, président de la République (…) Idriss Déby Itno, décédé le 19 avril, se dérouleront sur la place de la Nation le vendredi 23 avril, en présence de chefs d'Etat et de gouvernement des pays amis », lit-on dans un communiqué du protocole de la présidence, en référence à la grande place centrale de la capitale, rapporte l’AFP.

Le communiqué indique que le chef de l'Etat a succombé à ses blessures lundi, et non mardi comme l'avait annoncé l'armée dans la matinée. Or, c'est lundi soir peu après 21 heures locale que l'instance électorale a proclamé la victoire d’Idriss  Déby Itno  à l'élection présidentielle du 11 avril, avec 79,32% des voix.

La cérémonie d’hommages prévoit des Honneurs militaires et différentes prises de paroles, une prière sera dite à la Grande Mosquée de N'Djamena. Puis, en début d'après-midi, la dépouille de M. Déby sera emmenée en avion à Amdjarass, petit village qui jouxte sa ville natale de Berdoba, chef-lieu de la province de l'Ennedi Est. Il y sera inhumé à plus d'un millier de km de la capitale, près de la frontière soudanaise.  Cette région, comme de l'autre côté de la frontière, est le fief de la tribu des Zaghawas dont est originaire M. Déby.

Pour rappel, Le conseil militaire de transition a pris les commandes du pays avec à sa tête le fils du président défunt, Mahamat Idriss Déby. Il a été nommé président par intérim.  Cet organe qui suspend la Constitution va assurer les affaires courantes pendant 18 mois. Le parlement et le gouvernement ont été dissous. Les militaires ont appelé au dialogue national et promis une transition démocratique au bout de ces 18 mois.

Par ailleurs, le Conseil a promis l'adoption d'une Charte de transition et a pris certaines mesures dont un cessez-le-feu, un couvre-feu national qui sera instauré de 18h00 à 05h00, ainsi que la fermeture des frontières terrestres et aériennes jusqu'à nouvel ordre et un deuil national de 14 jours.  Internet est coupé dans le pays.

Depuis ce matin les rues sont désertes. Les chars stationnés devant les points stratégiques de la capitale depuis ce lundi sont toujours en faction. Le correspondant de BBC Afrique à Ndjamena a pu observer des habitants faisant le choix de quitter la ville, d'autres se sont rués vers les stations d'essence. En un mot, c’est la panique généralisée.

VEM (sources : BBC Afrique, AFP, Africanews)
 

Haut-Ogooué: Une ambulance et des médicaments pour des structures médicales 

Article précédent

FAO: La biodiversité des sols au centre d’un colloque international

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Monde