Monde

Sahara: Le Gabon en soutien au  plan d’autonomie sous la souveraineté du Maroc  

0

Le ministre gabonais des Affaires étrangères, Pacôme Moubelet Boubeya a pris part le 15 janvier dernier par visioconférence, à une Conférence ministérielle en soutien au plan d’autonomie sous la souveraineté du Maroc.  

Au cours de cette grande rencontre ayant enregistré la participation de quarante pays, le membre du gouvernement gabonais a,  réaffirmé le soutien  du Gabon à l’initiative marocaine d’autonomie comme seule base pour une solution juste et durable au conflit régional du Sahara. 

Pacôme Moubelet Boubeya a rappelé que  «Cette invitation du Gabon à prendre une part active à ces échanges, témoigne des excellentes relations historiques, fraternelles et de coopération qui existent entre la République Gabonaise et le Royaume du Maroc».

Au cours de  cette conférence ministérielle de soutien à l’initiative d’autonomie sous la souveraineté du Maroc et des Etats-Unis d’Amérique, la majorité des participants ont exprimé la proclamation des Etats-Unis d’Amérique du 10 décembre 2020, intitulée «Reconnaissance de la souveraineté du Royaume du Maroc sur le Sahara occidental», qui a réaffirmé le soutien à la proposition marocaine sérieuse, crédible et réaliste, d’autonomie comme seule base d’une solution juste et durable au conflit sur le territoire du Sahara occidental. Cette proclamation, faut-il le rappeler, a également exhorté les parties à engager des discussions en coordination avec les Nations unies dans les plus brefs délais. 

Aussi, les participants ont-ils également relevé que «la proclamation présidentielle américaine détermine les orientations des efforts visant à faire progresser le processus politique mené sous les auspices exclusifs des Nations unies en vue d’atteindre une solution politique, avec l’Initiative d’autonomie comme seule base réaliste à celle-ci». Pour eux, cette proclamation renforcera le consensus international en faveur du processus politique sous les auspices des Nations unies. 

De même, la conférence a mis en évidence la décision des vingts Etats membres  des Nations-Unies d’ouvrir des consulats généraux à Dakhla, en considérant que «de telles mesures vont favoriser les opportunités économiques et commerciales dans la région, renforcer sa vocation en tant que pôle économique pour l’ensemble du continent et permettre d’atteindre une solution politique définitive, tellement attendue, à ce conflit qui dure depuis plusieurs années».

En définitive, les participants  ont au cours de cette rencontre, salué les projets de développement lancés dans la région, notamment dans le cadre du «nouveau modèle de développement des provinces du Sud». Tout comme, ils se sont engagés à continuer à plaider en faveur d’une solution se basant uniquement sur l’initiative marocaine d’autonomie pour la résolution du conflit du Sahara occidental. 

Outre le Gabon, la conférence a vu la participation de la Zambie, de la Guinée Conakry, des Comores, de la Gambie, de la Guinée Bissau, de la Guinée équatoriale, du Malawi, de la République centrafricaine, du Togo, du Libéria, de Sao Tomé et Principe, du Bénin, du Sénégal, de la côte d’ivoire, de Djibouti, de la République démocratique du Congo, de l’Egypte, du Burkina Faso,  de la France, du Bahreïn, des Emirats arabes unis, de Sainte Lucie, d’ Antigue-et-Barbude, de l’Haïti, du Guatemala, de la République dominicaine,  du Barbados, de la Jamaïque, de Maldives, du Salvador, du Qatar, de l’Eswatini, , de la Jordanie, d’Oman, de la Papouasie nouvelle Guinée, de Tonga, du Yémen. 

Stéphane NGUEMA
 

Centrafrique/Minusca : Un soldat du contingent gabonais tué lors d’une attaque armée au sud du pays

Article précédent

Joe Biden devient le 46e président des États-Unis

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Monde