Ngounié

Mouila/Conflit homme-faune: Plusieurs familles en détresse dans le canton Dibadi

0

Les familles possédant des plantations dans la zone des villages Saint Martin des Apindji, nord du canton Dibadi dans le département de la Douya-Onoye, province de la Ngounié (Sud du Gabon), sont de nouveau en état de choc suite à la dévastation de leurs plantations par des pachydermes, une espèce intégralement protégé.

Selon l’article 275 du code forestier gabonais, l’éléphant fait partie des espèces intégralement protégées, au-delà des dommages qu’il cause dans les plantations, malheureusement situées dans leur environnement vital. Malgré une légère accalmie depuis quelques mois, les cris de détresse ont repris dans ce canton pas trop loin du périmètre du parc national de Waka, dans le département de Tsamba-Magotsi (nord de la province de la Ngounié).

Vivant outre des fruits de leurs plantations mais aussi de pêche et de cueillette, les paysans font face à la furie des éléphants et autres bêtes. Ainsi, régimes de banane, tubercules, taros, ignames, cannes à sucre sont rasés et laissent les surfaces cultivées comme des champs de guerre, causant de la désolation dans les foyers. D’ailleurs, les nombreuses plaintes auprès des auxiliaires de commandement et des autorités compétentes n’ont d’échos favorables que de manière lente ou sans suites, font-ils observer.  

Freinés par la loi en évitant de se faire justice s’ils tendaient des pièges à ces mastodontes ou de les abattre à coup de fusils, ces paysans agricoles usent de patience pour que des solutions idoines soient trouvées par les pouvoirs publics. Mieux, certains courageux ont opté d’aller camper de temps à autre aux abords des plantations en mettant des grands feux et des bruits sonores à même de les éloigner. 

«Nous sommes obligés de passer par des moyens de bord pour les dissuader même si nous ne pouvons avoir gain de cause du côté de l’administration, au lieu de mourir de faim, nous nous sacrifions à cause de notre progéniture», a expliqué, harassé, un paysan du village Moukongolo, qui ne souhaite pas déserter la zone agricole très productive comme d’autres de sa catégorie des villages Migabé, Ngando, Moalo et Saint Martin des Apindji.

IPK/JPM
 

Gabon: Anaclet Taty seul candidat retenu à la Fédération d’athlétisme 

Article précédent

«Il n’y a aucun conflit entre le Gouvernement et les ordres religieux» (Ministre de l’Intérieur)

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Ngounié