Société & Culture

Les chefs de  juridictions, des greffes et parquets en formation continue

0

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux et des Droits de l’Homme, Erlyne Antonella Ndembet-Damas, a ouvert  mercredi 21 octobre 2020, le séminaire de formation des chefs de juridictions et des formations spécialisées des chefs des greffes et des parquets. Les séminaristes pendant deux jours articuleront leur formation sur le thème: «La  nouvelle  organisation  judiciaire  et  l’administration  des Juridictions».

Organisé à l’intention des présidents de la Cours d’Appel et Tribunaux, des représentants du ministère public, des membres de formations spécialisées, des Greffiers en Chef et des Secrétaires de Parquet de l’ensemble des juridictions du Gabon, les travaux du séminaire de formation ont débuté ce jour, à Libreville. Ce jusqu'au 22 octobre 2020.

«Le  renforcement du capital humain constitue un levier essentiel, car il  permet de disposer d’un personnel doté d’aptitudes, de talents, de  qualifications et d’expériences accumulées lui permettant d’avoir une  capacité à travailler et à produire pour lui-même et pour les autres», a déclaré  le ministre de la justice, Erlyne Antonella Ndembet-Damas, à l'ouverture du séminaire. 

De ce fait, la formation initiée au cours de ces deux jours a un double objectif, selon le ministre. Dans un premier temps, celui de renforcer  les compétences  et  d'offrir  les  outils supplémentaires  qui, serviront dans la gestion quotidienne des services et des personnels. 

Le patron de la Justice a souligné que ces outils concernent particulièrement la connaissance des juridictions et de leurs  fonctionnements,  la  répartition  des  attributions  entre les différentes  juridictions et la gestion des personnels mis à la disposition des responsables des juridictions. 

S'appuyant sur la loi n°008/2019  du  5  juillet  2019  fixant  l’organisation,  la composition, la compétence et le fonctionnement des juridictions  de l’ordre judiciaire, elle a réitéré que cette loi a  permis la création de  nouvelles juridictions telles que le Tribunal de Commerce, le Tribunal du  Travail et les formations spécialisées, dont les attributions spécifiques doivent être vulgarisées. 

Ce séminaire apparaît comme une occasion pour édifier sur le  rôle des uns et des autres dans le cadre de certains contentieux  particuliers comme le contentieux domanial, partagé entre les  juridictions judiciaires et les juridictions administratives, ou le contentieux relatif au détournement des deniers publics qui fait  intervenir à la fois les juridictions  de  l’ordre  financier  et  les  juridictions  pénales. À cela, s'ajoute l'épineuse question des compétences  respectives de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage et de  juridictions nationales dans le cadre de l’application du Droit OHADA. 

Le ministre de la justice, Garde des Sceaux et des Droits de l'Homme, Madame Erlyne Antonella Ndembet-Damas, a toutefois émis le vœu que cette initiative se perpétue. «La  formation  continue  des magistrats  et  des  greffiers  doit  devenir  une  réalité  quotidienne,  car  c’est grâce  à  elle  que  nous  parviendrons  à  construire  un  système  judiciaire performant,  adapté  aux  évolutions  du  monde  et  de  la  société  et  animé  par des  personnels  qualifiés,  soucieux  de  la  stricte  observation  des  valeurs cardinales  de  déontologie,  d’éthique  et  de  professionnalisme,  en  conformité avec  le  serment  qu’ils  ont  respectivement  prêté  lors  de  leur  entrée  en fonction », a-t-elle indiqué.

Pour clore son discours circonstanciel, le ministre a adressé ses remerciements aux différents intervenants avant de leur laisser la place pour la suite des travaux liés au séminaire comme indiqué sur le programme de formation.

Prenant la parole à son tour, le Directeur général de l'Ecole nationale de la magistrature, Jean Désiré Ossanga a tout abord souhaité la bienvenue aux participants. Aussi, est-il revenu sur l'importance du séminaire lequel s'inscrit sur la politique du président de la République, Ali Bongo Ondimba en matière de justice au Gabon. 

Therre Yasmina Makita
 

La 157ème réunion des gouverneurs de l’OPEP statue sur le programme d’activités 2021

Article précédent

L’opposant Jean Ping en soutien aux Communautés religieuses

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *