Société & Culture

La Journée de la femme rurale célébrée sous le sceau de la promotion de ses activités

0

Dans un contexte marqué par la Covid-19, le ministère des Affaires sociales et des droits de la femme a organisé jeudi 15 octobre, à l’immeuble Arambo, des manifestations à l’occasion de la 2eme édition de la  Journée internationale de la femme rurale. La cérémonie a été présidée par le patron de ce  département ministériel, Prisca Nlend Koho, accompagné du ministre en charge de l’Agriculture Biendi Maganga Moussavou.

Placées sous le thème national «promouvoir les activités socio-économiques des femmes rurales, moteur de la résilience en temps de pandémie», les manifestions de la 2e édition de la Journée internationale de la femme rurale ont eu lieu ce jour en présence des ministres des Affaires sociales Prisca Nlend Koho et de l’Agriculture Biendi Maganga Moussavou, ainsi que d'un parterre de personnalités. 

Le thème évocateur de cette année, souligne en effet, la forte corrélation existante entre l’autonomisation de la femme rurale à travers ses activités socio-économiques et la capacité à résister au choc économique causé par la crise sanitaire. 

Dans son discours, la ministre des Affaires sociales a invité toute la communauté nationale à se mobiliser pour lever les barrières afin de faire des femmes rurales le levier de l’agro-transformation pour une croissance économique gabonaise plus forte et un développement durable et équitable

En effet, la femme rurale est confrontée à plusieurs difficultés. 80% de la main d’œuvre agricole (FAO STAT), a des difficultés d'accès à la propriété financière, pratiquent l’agriculture traditionnelle avec une forte pénibilité du travail et de ses rendements faibles. Pour mettre en lumière ces difficultés, deux panels étaient au rendez-vous. 

Le premier panel portait sur les femmes: moteur du développement en zone rurale? Puis le deuxième, comment renforcer la résilience des femmes rurales en temps de pandémie de la covid? 

Par ailleurs, le ministre de l’Agriculture dans son discours a donné quelques pistes du gouvernement gabonais dans le but d’améliorer les conditions de travail. En ce qui concerne le secteur agricole, il facilitera l’accès à la propriété foncière à travers la mise en place Zap.

De même, le gouvernement va améliorer l’identification et la cartographie des femmes rurales à travers la mise en œuvre du recensement général de l’Agriculture et le rapprochement du fichier de la Caisse nationale d’Assurance maladie et de Garantie sociale (Cnamgs); la formation pour la maitrise de nouvelles techniques modernes de culture moins pénibles et plus rentables; la mise à la disposition du matériel végétal de qualité, du petit outillage agricole et l’amélioration des circuits de commercialisation.

Des actions qui viennent pour apporter des solutions aux problèmes que rencontre la femme rurale.
    
Laïka Naëlle MAGOURA

9 ans après son décès, Pierre Mamboundou toujours  dans la mémoire des siens

Article précédent

Trois présumés trafiquants d’ivoire interpellés dans la Ngounié 

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *