Société & Culture

Journée mondiale du Handicap: Sous covid-19, pas d’activités prévues 

0

Célébrée le 9 octobre de chaque année, la Journée mondiale du Handicap qui a pour but de promouvoir les droits et le bien être des personnes vivant avec un handicap dans toutes les sphères de la société et du développement est passée sous silence au Gabon. Les autorités n'ont prévu aucune activité du genre, en cette période caractérisée par la propagation de la Covid-19. 

C’est en période de crise sanitaire que le monde entier célèbre ce jour la journée mondiale du Handicap. Une journée qui prend tout son sens dans la sensibilisation des personnes vivant avec un handicap dans tous les aspects de la vie sociale, politique, économique et culturelle, mais aussi de mieux connaitre les questions handicap et les droits des personnes concernées. 

Cette journée a pour objectif d’aider à travers le monde les personnes handicapées en répondant à leurs besoins primordiaux et spécifiques, en améliorant leurs conditions de vie et en favorisant leurs insertions dans la société.

Aucune manifestation n’a été prévue compte tenue de la situation sanitaire du pays, marquée par le Coronavirus. Néanmoins, un tour dans quelques coins de la ville nous a permis d'interroger quelques personnes vivantes avec un handicap. 

Martial Ndong, la trentaine révolue est enseignant de lycée, il vit depuis près de 10 ans sur une chaise roulante et ne se sent pas du tout complexé. «Je n’ai aucun complexe, et ma situation ne me dérange pas autant, j’ai appris à vivre avec, malgré le regard d’autrui qui était néfaste pour moi dans les débuts», a-t-il confié. Aujourd’hui M. Ndong vit de moins en moins de ce complexe qui autrefois était difficile. 

Les jeunes également ne sont pas en reste, le cas de la petite Julia Obone, à peine 20 ans, vit avec un handicap depuis la naissance. Elle est victime d’une malformation au niveau du pied. Avec l’appui de ses parents, elle a réussi a affronté le regard d’autrui face à sa malformation. «J’avais souvent honte d’aller à l’école plus jeune parce que mes camarades m’embêtaient tout le temps. Mais avec l’aide de mes enseignants et de ma mère, j'ai pu dépasser tout cela», a-t-elle affirmé. 

En fait, la Journée mondiale du handicap trouve tout son sens dans ce genre de situation évoquée. Elle aide énormément ces personnes vivant avec un handicap de s’épanouir. Ils ont également droit à l'éducation scolaire, au travail adapté à leurs compétences, à l'accès aux soins médicaux, à un poste de responsabilité, à une vie digne et décente etc.

Aujourd'hui, le monde entier lutte pour leur réinsertion dans la société. En France par exemple, les nouvelles technologies adaptées à leur situation sont en voie de développement. Sur le marché, des téléphones portables avec des applications afin d'avoir des conversations téléphoniques alors qu'on est complètement sourd. Il y a également la traduction de langues des signes automatique et des lunettes avec des caméras parlantes qui vont pouvoir décrire tout ce qui est autour de soi. 

Laïka Naëlle Magoura

 

Les médias gouvernementaux appelés à accroître leur crédibilité 

Article précédent

La Journée mondiale de la santé mentale passée sous silence au Gabon

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *