ActualitéSports

Interview : « Je suis aux Championnats du monde en tant que conquérant », Amar Cissé Moussa

0

Guadalajara, 15 nov. (AGP)-Médaillé de bronze  aux Championnats d’Afrique 2021 à Dakar, médaillé d’or aux Championnats d’Afrique Centrale, Amar Cissé Moussa récent médaillé d’argent à l’Open de Dakar, est l’étoile montante du taekwondo gabonais. Présent à Guadalajara au Mexique pour les Championnats du monde de taekwondo avec sa sélection nationale, dans cette interview, le jeune athlète qui entre en lice, ce mercredi nous parle de ses ambitions.

Agence Gabonaise de Presse (AGP) : A quelques heures de votre combat contre le Turc Ferhat Kavurat comment se sent Amar Cissé Moussa ?

Amar Cissé Moussa :  »Je me sens bien. Je me prépare pour ce genre de compétition depuis longtemps. Aujourd’hui, il n’est plus question de reculer. Mon objectif est clair : aller de l’avant. Je ne suis pas à ces Championnats du monde pour faire de la figuration. Je suis venu ici à Guadalajara en tant que conquérant pour représenter valablement mon pays le Gabon de la meilleure des manières. Et la meilleure des manières serait de rempoter une belle médaille ici au Mexique. Tel est mon objectif, je vais tout donner sur le tatami. Je vais me battre corps et âme pour faire bonne sensation et rendre fière la Nation entière ».

 Que connaissez-vous de votre adversaire ?

 »Mon adversaire est parmi les trente mondiaux. Il est très mobile et a déjà remporté une médaille de bronze aux Championnats du monde. Ce n’est pas surprenant car, la Turquie possède une grande école de taekwondo et par conséquent, des athlètes de bonnes qualités, surtout dans la catégorie des 68 kg. Connaissant les qualités de mon adversaire mais aussi, ses faiblesses, l’objectif serait de lui mettre en difficulté d’entrée de jeu. Dès que j’aurais réussi à le faire, il me reviendra de marquer le maximum de points pour mettre en sécurité pour gagner le premier round. C’est la stratégie que je mettrai en place demain tout en restant très attentif aux consignes et conseils du sélectionneur national ».

Seriez-vous capable de gérer la pression qui est actuellement sur vos épaules surtout, après les éliminations de trois de vos coéquipiers ?

 »Dans le haut niveau il faut apprendre à gérer la pression. Pour vous l’avouez, je n’ai pas de pression de particulière. La seule pression que j’ai en ce moment sera de savoir si j’ai fait ce que je devais faire. C’est vrai qu’il y a souvent une pression au début, mais on est là pour faire le job et à la fin, on fera les comptes ».

Cela fait trois mois qu’Amar Cissé Moussa est pensionnaire du Centre de performances BVS Friedrichshafen en Allemagne. Qu’est-ce qui a changé dans votre taekwondo ?

 »Ma présence dans ce centre est une opportunité pour m’améliorer. Et en trois mois, je pense que j’ai acquis une petite expérience qui peut me permettre avec beaucoup de chances, de pouvoir au moins passer le premier tour et pourquoi pas le deuxième. Après, on verra. Mais l’objectif pour moi est de prendre les combats un par un et aller de l’avant ».

Après avoir remporté plusieurs médailles sous le continent africain, l’heure a-t-elle sonné pour Amar Cissé Moussa, de passer un cap et de se relever à la face du monde dans ces Championnats du monde ?

 »C’est vrai que c’est mon premier Championnat du monde, mais l’idéal est de passer ce cap comme vous le dites. Ça me fera du bien de sortir de cette compétition tête haute avec le sentiment d’un devoir accompli. Je sais que j’ai les capacités pour atteindre cet objectif, celui d’avoir au moins un podium dans ces Championnats du monde. Laissons les choses se faire d’elles-mêmes et on verra demain ».

Propos recueillis par Kennedy ONDO MBA, envoyé spécial à Guadalajara (Mexique)

Kennedy ONDO MBA

Fin de la mission gouvernementale à Oyem : Rassurée, la délégation a regagné Libreville

Article précédent

La campagne novembre bleu lancée ce jour

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité