Woleu-Ntem

Découverte macabre d’un nouveau-né dans un sac de riz à Bitam

0

Un corps sans vie d'un nouveau-né a été découvert dans un sac de riz, abandonné dans la forêt,  le samedi 31 mai au quartier Mogomoh Ayat (TP), dans la commune de Bitam au nord du Gabon.  L’auteur présumée  de cet infanticide,  la jeune Pricillia Mengue Nguema a été appréhendée et  placée en garde à vue au commissariat de la ville.

La découverte macabre a été faite par un riverain, qui se rendait en brousse pour ses travaux champêtres. Sur le chemin, il constate un attroupement des mouches, lequel se dégageait  une odeur forte. Curieux d’en savoir plus,  il se rapproche du tas des mouches. A sa grande surprise, il découvre le corps d'un  nouveau-né en décomposition dans un sac de riz. C'est ainsi qu'il va repartir alerter la population et les autorités compétentes de sa découverte. 

Après plusieurs enquêtes menées dans le quartier, certaines indiscrétions ont fait état d’une jeune fille de 19 ans, nommée Pricillia Mengue Nguema qui aurait curieusement perdu du ventre, alors qu’on la voyait enceinte il y a quelques jours. Aucune personne dans ce quartier ne l’aurait vu avec un bébé, ni entendu des pleurs. 

Interpellée puis interrogée par les enquêteurs, la jeune dame va passer aux aveux. Elle va raconter dans les détails, son forfait, commis, selon elle,  le mercredi 27 mai. 

«Très tôt dans la matinée,  j'ai commencé à ressentir des contractions et je suis sortie de la maison sans que ma mère qui se trouvait dans la cuisine ne se rende compte. Je me suis dirigée  vers la brousse, et lorsque je me suis rendue compte que j'étais loin de la maison, je me suis allongée à même le sol. Et, lorsque les contractions s'accéléraient, j’ai poussé jusqu'à ce que l'enfant soit sorti. J'ai coupé le cordon ombilical et j'ai pris l'enfant vivant, je l'ai mis dans le sac de riz que j'ai jeté. Après je suis repartie à la maison», a t- elle avoué sereinement. 

En ce moment la jeune Pricillia Mengue Nguema est détenue au commissariat de Bitam. Elle sera transférée à la prison d’Oyem ou elle va méditer sur son sort en attendant d’être jugée. 

Tania Lewoussi
 

Covid-19: «Neuf personnes sur dix n’ont aucun signe de la maladie» (Pr Jean Bernard Lekana Douki)

Article précédent

Lutte contre la Covid-19: le gouvernement  appelle à nouveau à une prise de conscience 

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Woleu-Ntem