Société & Culture

Covid-19: «Neuf personnes sur dix n’ont aucun signe de la maladie» (Pr Jean Bernard Lekana Douki)

0

Conscient de l’explosion des chiffres dans le Haut-Ogooué (Sud-Est du Gabon), le Pr Jean Bernad Lekana Douki, directeur du Centre interdisciplinaire de recherches médicales de Franceville (CIRMF), rassure les populations. Selon ses explications, 94?s cas testés positifs n’ont aucun signe de la maladie, soit 9 personnes sur 10. Et parmi ces personnes, l’on compte plus de 95% qui au bout de cinq à six semaines sans traitement vont éliminer le virus.

Depuis près de trois semaines les chiffres des personnes testées positives n’arrêtent de flamber dans le Haut-Ogooué. Faisant ainsi de cette province, le deuxième foyer de l’épidémie dans le pays. Une situation alarmiste qui inquiètent plus d’un.

Aussi, dans l’optique de dissiper les inquiétudes, de rassurer et d’amener  les populations à prendre conscience, le Professeur Jean Bernad Lekana Douki, directeur du Centre interdisciplinaire de recherches médicales de Franceville (CIRMF), explique, que bien que le nombre des cas augmente, il ne faut pas s’affoler.

Pour lui en effet, ces chiffres qui s’affichent dans la province sont sous-estimés, car, 94?s personnes infectées sont asymptomatiques. 

«Soit 9 personnes sur 10 qui ont le virus en elle, qui se baladent tranquillement, elles n’ont pas le moindre signe de la maladie, elles  ne toussent pas, elles n’ont pas de rhume, elles ne font pas de fièvre, elles sont complètement asymptomatiques. A partir de ce moment, ces personnes propagent le virus, et du moment où on ne va vers elles systématiquement , en fait, on peut dire que ces chiffres sont sous-estimés. Car, si comme le président de la République l’a recommandé, le diagnostic de masse est fait, il y’aura  beaucoup plus des cas positifs», a expliqué le professeur.     

En effet, a-t-il insisté, ce sont des personnes asymptomatiques, c’est-à-dire que si on prend 100 personnes, 94 d’entre elles n’ont aucun signe de la maladie et parmi ces personnes, il va avoir plus de 95% qui au bout de cinq à six semaines sans traitement vont éliminer le virus. 

Par ailleurs, le professeur a expliqué que la Covid-19 est un problème pour les personnes à risque. «J’insiste, la Covid-19 est un problème pour les personnes à risque. Ces personnes, si elles sont contaminées, vu qu’il n’y a pas de traitement aujourd’hui, elles sont destinées à la mort. C’est pour cela que nous devons prendre ce problème très au sérieux. C’est vrai, qu’il y’a un faible pourcentage de personnes à risque mais ces personnes-là, si elles sont contaminées, elles décèdent, il n’y a pas de solution pour eux», a déclaré le directeur du CIRMF. 

En conséquence, le professeur a rappelé aux uns et aux autres qu’il était nécessaire, de mettre en pratique les recommandations des autorités, entre autres, observer les mesures barrières, respecter la distanciation physique afin de protéger les personnes à risque.

«Il est important, parce que si vous êtes un porteur asymptomatique, mais votre voisin est peut-être une personne à risque et à cause de votre imprudence vous allez être le criminelle qui va conduire votre voisin à la mort, donc observons les mesures barrières s’il vous plait», a-t-il conclu.

Zita Sonia OKASSA
                 
  

 
 

6ème édition du Catalogue Challenge: « Warren Jazz » contre « Sir Sossa » ce dimanche

Article précédent

Découverte macabre d’un nouveau-né dans un sac de riz à Bitam

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *