Nyanga

Basse-Banio: La coopérative AGRI-PANGA pour susciter le retour à la terre

0

Paul Koumba Nzao, sénateur du département de la Basse-Banio dans la province de la Nyanga (Sud du Gabon), est de ceux qui confirment que la terre ne ment pas. D’où, la création par lui, il y a bientôt deux ans, d’une coopérative dénommée Agriculteurs de Panga (AGRI-PANGA), dans le but de susciter l’engouement auprès des populations de sa contrée, non seulement pour le retour à la terre, mais également  s’autonomiser à travers une agriculture mixte. 

Outre les dons divers dans le domaine de la santé (médicaments dans les infirmeries) et dans les écoles (kits scolaires), le Sénateur du département de la Basse Bnio avec pour chef-lieu Mayumba, est à l’origine de la création cette coopérative dont les principales activités se déroulent à Panga, village moderne situé à 12 km sur l'axe Loubomo-Mougagara en partance pour Gamba.

La coopérative a réalisé une première plantation de manioc sur cinq (5) hectares  avec des variétés améliorées et compte en rajouter lors de la prochaine campagne. Pour le moment, elle se focalise sur cette culture vivrière très adaptée à ce sol. Si on prend en compte les parcelles individuelles existantes, ce sont près de dix (10) ha de manioc envisagés sur le site, soit une production attendue d’environ 90 à 120 tonnes d’ici 6 à 8 mois. 

«AGRI-PANGA ne voudrait pas se limiter à la seule vente des tubercules. Elle projette de transformer sur place, tout ou une partie de sa production en pâte de manioc, bâtons de manioc ou autres produits dérivés tels que le gari, le foufou, voire l’amidon, afin d’augmenter la valeur ajoutée de cette culture», a  précisé l'initiateur.

C’est pour cette raison qu’il compte sur l’acquisition des équipements qui doit permettre de traiter toute cette production en perspectives et rentabiliser l’investissement. En occurrence: une râpe autonome fonctionnant avec un moteur thermique; une presseuse à vis pour faire écouler le liquide de la râpure, permettant aussi de produire de l’amidon; un atelier de transformation où seront placés les équipements; un local de rouissage, afin de protéger le bassin contre les éléphants attirés par le manioc. «Toutes ces activités constituent un moyen de lutter contre le chômage et l’exode rural et notre ambition, est de faire revenir les jeunes au village et de faciliter également le travail des femmes», a-t-il ajouté. 

L’acquisition de ces machines permettrait à ce groupement agricole la plus en vue dans la province, outre de moderniser ses activités de transformation de manioc, mais d’embaucher deux  ouvriers permanents supplémentaires et de créer une vingtaine d’emplois indirects contribuant ainsi à la promotion du développement rural dans le département de la Basse-Banio.

Actuellement, la coopérative emploie deux travailleurs permanents et une trentaine de journaliers en moyenne tous les mois dont 60 à 75? femmes, tous recrutés au village et dans les localités voisines. Et si, on considère une moyenne de dix personnes par famille, c’est environ près de 300 personnes qui sont impactées par les activités de la coopérative AGRI-PANGA. 

La coopérative a distribué depuis le début de ses activités en juillet 2019 jusqu’à ce jour, neuf millions six cents quarante-trois mille quatre cents (9.643.400) francs FCFA de salaires pour ses travaux de défrichement, d’abattage, de nettoyage, de planting et de sarclage. D’autres opérations sont à venir telles que la récolte, le rouissage, la transformation et la commercialisation attendue d’ici le mois de juillet 2020. De ce fait, AGRI-PANGA est devenue l’opérateur économique de cette contrée.

En février dernier, il a initié avec les autres parlementaires, une conférence départementale à Mayumba sur le thème de l’atténuation du conflit Homme/Faune pour la construction des barrières afin de sécuriser les plantations villageoises dans les regroupements des villages du département.

Cette conférence résultait de l’expérience du village Panga qui bénéficie d’une barrière électrique contre les éléphants. Pour valoriser cette infrastructure et aider ses populations à faire de l’agriculture, c’est la raison pour laquelle il a mis en place une structure coopérative dénommée «Agriculteurs de Panga» en abrégé AGRI-PANGA dont l’objectif global est de promouvoir le développement économique et social du village et de sa contrée.

Guy Roger Stéphane Nzamba

Ramadan/Don: L’Association Nasrou Dine en soutien aux familles démunies 

Article précédent

Lutte contre Covid-19 : Canal+ organise un show virtuel le 16 mai prochain en Afrique

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Nyanga