0

Attendu depuis plus de deux mois, le verdict final, issu de la plainte déposée par le Congrès des agents publics et parapublics de l’Etat (CAPPE), auprès de la Cour de justice de la CEMAC de Ndjaména, relatif à l’affaire BR- SARL et la somme de 49 milliards de FCFA, au titre des  dommages et intérêts y compris, a été repoussé pour  quelques semaines.

Suite à la plainte du Congrès des agents publics et parapublics de l’Etat (CAPPE), déposée récemment, à la Cour Communautaire de la CEMAC à Ndjaména au Tchad, relative à l’affaire BR SARL et selon laquelle plus de 18 mille  gabonais ont épargné 32 milliards 766 millions 223 mille 605 francs  CFA, de 2010 à 2016, le président du CAPPE, Emmanuel Mvé Mba, accompagné d’une délégation, séjourne actuellement à Ndjaména depuis le 11 avril dernier. Ce, afin de s’imprégner et d’assister à l’audience de délibéré. 

Selon lui, la Cour de justice de Ndjaména a de prime à bord, rappelé aux «représentants» des épargnants de la BR-SARL, que la Commission bancaire d’Afrique centrale (Cobac), acteur principale impliqué dans ladite affaire, a demandé un délai supplémentaire de 15 jours, afin d’examiner dans le fond ce dossier. Laquelle affaire, a-t-il par ailleurs déclaré, «engage finalement plusieurs partenaires et un peu plus de 49 milliards de FCFA, dommages et intérêts de 17 milliards y compris».

En effet, il ressort qu’après deux séances de travail importantes avec les juges de ladite Cour, la Cobac et la CEMAC, a-t-il poursuivi, ont précisé que les responsabilités dans cette affaire seront partagées. Et que, «de telles aberrations ne se reproduisent dans la sous- région».

Aussi, au terme de ses deux rencontres, la partie plaignante, par la voix de M. Mvé Mba, a dit son satisfécit de ce que «le dossier introduit par le CAPPE soit pris très au sérieux par la Cour de justice pour une résolution rapide de ce problème». Elle a cependant regretté, la suspension de l’audience le deuxième jour de sa tenue et le retrait du territoire tchadien des juges de la dite Cour, au regard de la situation qui prévaut actuellement dans ce pays. Une situation qui de facto, reporte le verdict à une date ultérieure.  D’autant plus que «les juges, bénéficieront d’un avion spécial affrété par la CEMAC», a signifié M. Mvé Mba. 

A cet effet, la délégation gabonaise a invité l’Etat Gabonais a emboîté le pas de la CEMAC.  « C’est dans cet esprit que nous avons sollicité le concours du Gouvernement Gabonais, pour rentrer au pays comme l’on fait tous les autres pays. Malheureusement sans succès. Nous rassurons désormais tous les épargnants parce-que, convaincus de notre démarche de sagesse. L’issue n’est plus loin. La crise au Tchad vient de nous renvoyer à quelques semaines, mais ce n’est que partie remise », a-t-il fait savoir, avant de renchérir que « Nous invitons également les autorités gabonaises à ne pas faire l’ingérence dans ce dossier (…)».

Outre la suspension de l’audience et le report du verdict, l’inquiétude de la délégation du CAPPE réside dans ce qu’elle souhaite ardemment regagner le pays.

Carine Edwige MINDZE   

‘’L’Algérie a joué un rôle dans la prise en charge médicale de Brahim Ghali’’ (média)

Article précédent

Moanda : Une fillette de 8 ans violée, l’agresseur court toujours

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *