Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

lundi 22 août 2016


Rio 2016 : Les athlètes gabonais aux JO n’ont pas fait bonne figure



LIBREVILLE, 22 août (AGP)- Les six athlètes gabonais, engagés dans quatre disciplines aux Jeux Olympiques (J.O), n’ont pas fait bonne figure comme en 2012, à Londres, avec une médaille d’argent ou à Seoul, en 1998, où le meilleur résultat avait été une place en quarts de finale. A part le judoka Paul Kibakaï, qui a obtenu une victoire, les autres représentants ont été éliminés d’entrée de jeu.

Le plus beau fleuron de la délégation gabonaise était incontestablement Antony Obame (+87 Kg), avec sa médaille d’argent acquise il y a quatre ans et son titre de champion du monde en 2013. Il arrivait donc aux JO de Rio de Janeiro au Brésil en athlète plus expérimenté et plus aguerri. Mais la pépite gabonaise, a chuté d’entrée face à celui qui fut son sparring-partner, au cours des JO de Londres 2012, le Britannique Mahama Cho.

Avec ses blessures à répétition, Antony Obame, qui a été rétrogradé au 4ème rang mondial, est tombé face au 10ème mondial. Certes, il a perdu en 8èmes de finale, mais la pilule reste dure puisqu’il s’agissait de son premier combat. Un échec que l’on pourrait qualifier d’impensable et qui suscite forcément des interrogations. Est-ce que la crise au sein de la Fédération gabonaise de taékwondo, qui a vu les représentants des ligues démettre le président Augustin Mouinga Ondeme, au profit de Davy Mbembo Mouandza, en juin dernier, en violation, disent certaines voix des textes, a perturbé sa préparation et sa concentration ? Est-ce qu’Antony Obame a-t-il pu s’entourer des meilleurs médecins durant ces deux dernières années au regard de ses problèmes de blessures à répétition ? Et pourtant les sportifs gabonais de haut niveau n’ont jamais reçu autant de moyens financiers de l’Etat que ce dont ils touchent aujourd’hui.

L’athlétisme gabonais a également été à la peine à ces Jeux. Engagé sur les 100 mètres masculins, Wilfried Bingangoye est sorti durant les préliminaires. Et pourtant à Londres, il avait passé deux tours, en parvenant à se faire éliminer au stade de la deuxième série des qualifications.

Ruddy Zang Milama elle aussi n’a pas pu faire ce qu’on attendait d’elle sur 100 mètres. La double quart de finaliste aux JO de Séoul en 1998 et à Londres en 2012, sur qui on avait beaucoup misé, n’a pas pu justifier les attentes. Elle s’est arrêtée au 1er tour avec 11.67 sec, loin de son meilleur temps qui est 11sec 03. La suspension du Gabon durant deux ans par l’IAAF (Fédération internationale des associations d’athlétisme), causée par la crise entre le président sortant Martial Paraiso et Jacques Obame Essono l’aurait-elle handicapée ?

Cependant pour ce qui concerne le judo, il n’y avait aucun élément externe susceptible de perturber ni Paul Kibikaï (-81 Kg) ni Sarah Mazzouz (-78 Kg). Le président de la fédération, André Angwe Abougwe est en place depuis plusieurs années. Paul Kibikaï qui a réalisé le meilleur résultat gabonais à Rio avec une victoire en poche, sur l’Irakien M. Al-Aameri, est à féliciter. Il a sauvé l’honneur non seulement de Sarah Mazzouz, éliminée d’entrée mais de toute la délégation gabonaise.

Mael Ambonguilt (50 mètres natation), a été éliminé lors de son entrée en compétition en 27 sec 21’’. S’il y a quelque chose dont Maël peut être fier, c’est d’avoir battu son record

Le ministre des Sports, Blaise Louembe s’était pourtant déplacé à Rio pour doper le moral des athlètes. Louis Léon Folquet, le président du comité olympique gabonais (COG), avait pourtant affirmé que le moral était au beau fixe chez les atlètes. Il faudra finalement attendre le retour des athlètes pour savoir ce qui n’a pas marché.

PE/RAGA/FSS

 

  Estuaire


 

Accueil