Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

vendredi 13 octobre 2017


Les résultats préliminaires des enquêtes concernant les militaires gabonais de la MINUSCA accusés de viol sur mineurs en République Centrafricaine présentés à cinq ambassadeurs accrédités au Gabon



LIBREVILLE, 12 Octobre (AGP) - Le ministre des Affaires étrangères, Noël Nelson Messone et son collègue de la Défense nationale, Etienne Massard Kabinda, se sont entretenus, jeudi à Libreville, avec les ambassadeurs de France, de la Russie, des Etats-Unis, de la Chine et de l’Angleterre sur le dossier des allégations concernant les 31 militaires gabonais de la Minusca accusés de méfaits en République centrafricaine.

Pour le ministère des Affaires étrangères, il s’est donc agi d’informer ces pays des actions entreprises par les autorités sur la suite à donner au dossier des allégations concernant 31 militaires gabonais de la Mission des Nations Unies pour la sécurisation de la Centrafrique (Minusca, 2012-2013), compte tenu de « l’agacement » dû au retard pris par la partie Gabonaise.

Face à la volonté des cinq diplomates de s’imprégner du niveau d’avancement de ce dossier, les membres du gouvernement gabonais ont éclairé leurs interlocuteurs des efforts entrepris jusque-là. Il s’agit notamment de la présentation des résultats préliminaires des enquêtes minutieuses conduites par les forces armées en collaboration avec les enquêteurs de la Minusca, qui ont d’ailleurs accusé du retard, vu les incohérences dans les méfaits reprochés aux éléments du contingent gabonais notamment sur les viols sur mineurs.

Noël Nelson Messone et Etienne Massard Kabinda ont également fait savoir à leurs hôtes qu’une amélioration a été faite par une formation « plus rigoureuse » des éléments des contingents gabonais. A cela s’ajoute, la signature volontaire d’un engagement contraignant par chaque membre du gouvernement.

Amélioration par une formation plus rigoureuse des éléments des contingents Gabonais et la signature volontaire d’un engagement contraignant par chaque membre d’un contingent.

Dans la période de 2012-2013, 31 militaires du contingent gabonais avaient été cités pour des méfaits commis en exercice de leur fonction dans le cadre de la MINUSCA en vigueur en République centrafricaine.

Outre la présence des cinq diplomates précités, l’UNOCA et la CEEAC, étaient également présentes.

SN

 

  Estuaire


 

Accueil