Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

mardi 2 mai 2017


167 personnes décorées de la médaille du travail à Franceville



FRANCEVILLE, 2 Mai (AGP)- Franceville (Sud-Est), à l’instar des autres villes du Gabon et du monde, a célébré le 1er mai 2017, à la place des fêtes, la journée mondiale du travail, communément appelée fête du travail, au cours de laquelle 167 personnes, ayant totalisé entre 10 et 30 ans de service, ont reçu leurs médailles.

Cette journée a débuté timidement autour de 10h, par les phases de décorations, avant le défilé de plus d’une centaine d’entreprises, intervenu 1h plus tard.

92 médailles de bronze ont été remises aux personnes ayant fait 10 ans de carrière.

Cette première phase de décoration a été effectuée par l’inspecteur départemental de travail, Augustin Ntui et le directeur provincial, Obiang Ovono.

40 travailleurs totalisant 20 ans, ont, quant à eux, été épinglés de la médaille d’argent, des mains du préfet du département de la Passa, Yvon Gustave Charles Poyo.

Cette séance de décoration a été close par le gouverneur de la province du Haut-Ogooué, Jacques Dénis Tsanga, par la remise de 35 médailles d’or, aux agents qui ont déjà effectué 30 ans de service, marquant également l’ouverture officielle de la fête.

Comme il est de coutume, un manifeste des travailleurs a été lu par le Secrétaire provincial de la Confédération syndicale du Gabon (COSYGA), Romuald Lékibi.

Ledit manifeste révèle que seulement 50% des employeurs se sont ajustés aux normes du travail dans la province du Haut-Ogooué.

Le reste, par contre, sont dans une léthargie, par rapport au revenu minimum mensuel (fixé à 150.000 FCFA), les employés non assurés à la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), le non-respect de la procédure de licenciement, la délivrance tardive du certificat du travail, des sanctions sous forme des règlements de compte avec des salaires effrités, parfois sans bulletins de paye.

Par ailleurs, le représentant provincial de la Cosyga a exhorté les travailleurs à faire preuve de professionnalisme, chacun dans son secteur d’activités.

Dans un chapelet de doléances, il a demandé au gouvernement, entre autres, la reconnaissance effective du droit à la liberté syndicale, l’interdiction formelle du travail des enfants, l’amélioration des conditions de départ à la retraite, l’appel aux services compétents du gouvernement de faire les visites régulières en entreprise, abrégé l’appellation des agents de la main d’œuvre non permanente, dire plutôt, les agents techniques et ouvriers de l’Etat.

Toutes ces doléances, consignées dans le manifeste, ont été remises au gouverneur qui a promis le transmettre aux plus hautes autorités du pays, non sans appeler les populations à garder espoir, quant aux-lendemains meilleurs dans le marché du travail.

Les récipiendaires n’ont pas manqué d’exprimer leurs satisfactions. Ponctualité, respect de la hiérarchie, conscience professionnelle sont les termes évoqués par ces derniers, pour exhorter les autres travailleurs à faire comme eux.

HUN/FSS

 

  Haut-Ogoué


 

Accueil