Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

dimanche 16 avril 2017


Jean Ping rassure ses partisans



LIBREVILLE, 16 Avril (AGP)-L’ancien candidat à l’élection présidentielle et président de la « coalition pour la nouvelle République », l’opposant Jean Ping a indiqué samedi au cours d’un meeting à Libreville, qu’il sera toujours sur même longueur d’ondes que ses partisans dans le combat pour l’alternance au Gabon.

D’entrée de jeu, l’ancien président de la commission de l’union africaine a tenu à rassurer tout d’abord ses partisans venus nombreux l’écouter, sur le fait qu’il n’était pas porté disparu et n’avait pas abandonné le combat. « Beaucoup de personnes se demandent où est passé Jean Ping ? Eh bien, Jean Ping est là », a-t-il dit.

Par la suite, il a réaffirmé sa volonté de ne pas trahir ses partisans qui lui ont apportés leurs suffrages lors de la dernière élection présidentielle du 27 août 2016, à laquelle Ali Bongo Ondimba a été porté à la tête du Gabon pour un deuxième septennat.

« Du haut de cette tribune, je réaffirme que jamais, pour rien au monde je ne renoncerai au pacte qu’ensemble nous avons conclus le 27 août 2016 », a-t-il réaffirmé.

Dans cette optique, il a demandé aux uns et autres, d’assumer leur résistance entamée il y a plusieurs mois.

« Vous devez assumer ce que vous avez accompli au cours de huit mois de résistance et vous donnez un avenir et des perspectives. Cela s’appelle un peuple qui a pris son destin en main, l’appropriation de son destin collectif », a-t-il martelé.
Dans sa logique de contestation de la dernière élection présidentielle qu’il continue de revendiquer la victoire, l’opposant gabonais a dit qu’il est prêt à gouverner.

« J’ai multiplié des contacts directs et indirects tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays avec le monde des affaires. Je dispose d’un programme de gouvernement qui a été validé par le dialogue national pour l’alternance avec des jeunes talents d’ici et de la diaspora qui m’entourent, avec les hommes et les expériences qui sont avec moi, ainsi que toutes les personnes de bonne volonté. Je suis prêt à gouverner immédiatement », a dit Jean Ping.

Il est même allé plus loin en affirmant que la chute du pouvoir en place serait imminent au regard des « signes de dénouement » à savoir : l’enquête de la CPI sur les violences postélectorales, les sanctions ciblées de la communauté internationale, la situation économique du pays en dégradation, l’échec des actions engagées par le pouvoir en place ainsi que le rassemblement et la mobilisation de ses partisans.

L’opposant Jean Ping a lancé un appel au président Ali Bongo Ondimba de lui céder maintenant le fauteuil présidentiel « avant qu’il ne soit trop tard ».

SN/FSS

 

  Estuaire


 

Accueil