Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

lundi 27 mars 2017


49 ans du PDG : régénération et revitalisation au menu des exposés



FRANCEVILLE, 27 Mars (AGP)- Dans le cadre de la célébration en différé du 49ème anniversaire du Parti démocratique gabonais (PDG), samedi, à Franceville (Sud-Est), deux exposés sous le thème, « le PDG vers un militantisme régénéré et revitalisé », ont été présentés à l’assistance, dans le but de restituer à la base, les travaux du séminaire organisé à Libreville, à l’occasion du 12 mars.

Le premier exposant, le membre du bureau politique dans le département de l’Ogooué-Létili, Etienne Mvoula s’est appesanti sur les notions de régénération et de revitalisation.

Il a dans un premier temps, défini la notion de militantisme, comme étant un engagement actif et bénévole dans une organisation politique. Il a ensuite abordé le terme régénérer, qui selon lui, signifie, renouveler en retrouvant les qualités perdues et éliminer les impuretés, les aspérités, afin de faire renaître au sens figuré, la pureté à l’avenir.

Revivifier, réanimer, revigorer, autrement dit, donner une nouvelle vie, sont les sens que le locuteur accorde à la notion de revitaliser.

S’inspirant de ces deux dernières notions, le membre du bureau politique a indiqué, que le PDG devrait se fondre sur une culture et des valeurs régénérées.

« Le PDG a besoin d’une régénérescence, inscrite dans l’esprit d’un nouvel élan, pour continuer à s’imposer durablement, avec les militants que nous sommes, les militants et les militantes régénérés, très fidèles, pleins de conviction et de courage, accomplissant leur devoir avec honneur et dignité », a-t-il signifié.

Pourquoi régénérer et revitaliser ? A cette interrogation, M. Etienne Mvoula a fait observer, qu’un regard rétrospectif sur le PDG a fait un focus sur six points essentiels, parmi lesquels, l’esprit de dialogue, de tolérance et de paix qui ont prévalu lors de la création du parti le 12 mars 1968, font partir des valeurs en déperdition aujourd’hui.

« Le respect des décisions du dernier congrès ordinaire de 2013, la création des courants au sein du parti, nous interpelle, la démission des cadres du parti ne nous laisse pas insensibles, la création des associations politiques par les cadres du parti, explique aussi qu’il faut régénérer et revitaliser le parti », a-t-il expliqué.

A cela, s’ajoute un dernier point de grande importance, celui de la collision avec l’adversaire, lors de l’élection présidentielle d’août 2016.

Pour lui, l’atteinte de ces objectifs, passe par le respect des résolutions du séminaire de 2016, qui a également débouché sur une campagne d’adhésion organisée il y a quelques jours.

Les outils pour y parvenir sont entre autres, le respect de la hiérarchie, l’acquittement des cotisations des membres, le respect du règlement intérieur et des statuts du parti.
Le deuxième exposé présenté par le membre du bureau politique du département de Lékoni-Lékori, Ali Akbar Onanga Y’obeghe, s’est focalisé sur le dialogue politique convoqué par le président de la République, Ali Bongo Ondimba et qui s’ouvre ce 28 mars.

Il a précisé que 4 hauts cadres de la province font partie du comité ad hoc dirigé par le Premier ministre, Emmanuel Issozé Ngondet, chargé de piloter cette grand-messe nationale

Ce dialogue, selon lui, a enregistré 54 partis politiques et associations légalement reconnus, indiquant qu’il découle d’un constat, relatif aux contestations observés au terme de chaque élection présidentielle, depuis l’avènement de la démocratie en 1990.

Concluant ces activités, le membre du comité permanent, Jean Pierre Oyiba a appelé les militants du Haut-Ogooué à s’impliquer pleinement, d’une manière ou d’une autre, dans ce dialogue, en émettant leurs idées à travers différents canaux.

HUN/FSS

 

  Haut-Ogoué


 

Accueil