Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

mardi 14 mars 2017


Les élus du 7MP appellent toutes les forces vives de la nation à participer au dialogue national



LIBREVILLE, 13 Mars –( AGP)- Le président du Conseil départemental de Bayi-Brikolo (Sud-est) et élu du 7MP ( 7 Merveilles du peuple) parti politique de l’opposition, Jean Jacques Ngoulou a appelé, au cours d’une déclaration lu lundi à Libreville, toutes les forces vives de la nation à prendre une part active au dialogue national inclusif dont les travaux débuteront le 28 Mars prochain.

C’est après consultation de sa base électorale, dit-il, que Jean Jacques Ngoulou a réaffirmé son engagement à prendre part au dialogue national inclusif convoqué par le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, lequel s’ouvrira le 28 mars prochain. Une déclaration faite en présence de quelques militants du 7MP, un des partis politiques de l’opposition auxquels appartient cet élu.

Pour l’orateur, il est l’heure de penser à « Gabon d’abord », avant toute considération personnelle et ne regarder que l’intérêt supérieur de la nation, mais non pas sans reconnaitre que la situation de conjoncture sévère que traverse actuellement notre pays est belle et bien une réalité à laquelle on ne peut se soustraire.

« Notre pays a besoin aujourd’hui d’un traitement d’urgence qui s’articule autour de quelques points essentiels, à savoir : la meilleure gestion des finances publiques, la meilleure redistribution de la richesse et des responsabilités dans la conduite des affaires publiques », a-t-il laissé entendre.

Au-delà de ces problèmes, l’élu de Bayi-Brikolo est revenu sur certains autres points qui peinent à être pris en compte, de façon efficace, par les pouvoirs publics, notamment : la justice pour tous, la construction des routes praticables en toute saison, l’emploi des jeunes, le relèvement du pouvoir d’achat des ménages, la solidarité envers les personnes économiquement faibles, l’accès à l’eau et à l’énergie, la santé, l’éducation, le logement, la formation des jeunes, la sécurisation de l’environnement des affaires, la libération des prisonniers politiques, le maintien de la paix et l’unité nationale. « Oui c’est encore possible », a-t-il martelé.

C’est donc après avoir peint le tableau sombre de la situation économique et sociale de notre pays à l’heure actuelle, que Jean Jacques Ngoulou a affirmé que « la situation actuelle de notre pays est plus que préoccupante. Car, plus un jour ne passe sans que des grognements ne se fassent entendre dans l’un ou l’autre des secteurs d’activités précités, lesquels fondent, parmi tant d’autres, la vie politique, économique et sociale de notre chère nation et paralysent ainsi l’appareil économique de l’Etat ».

Pour Jean Jacques Ngoulou, c’est pour toutes ces raisons que toutes les forces vives de la nation devraient faire « le bon choix, celui du dialogue national », a-t-il soutenu. Car selon lui, « il y a le temps de la pédagogie, de la concertation, du dialogue et à un moment il y a le temps de la décision. C’est dans cet élan que nous, élus du 7MP, affirmons notre participation au dialogue national inclusif convoqué par le Président de la République, Chef de l’Etat, son Excellence, Ali Bongo Ondimba ».

A noter que parallèlement à cette activité initiée par les élus du 7MP, se tenait, quelque part dans la capitale gabonaise, le premier congrès ordinaire dudit parti politique. Il était question au cours de celui-ci du renouvèlement des instances dirigeantes du parti, moment au cours duquel le nouveau président, réélu pour un nouveau et dernier mandat de 7 ans, Joël Lengouma Ngouénini, a, quant à lui, affirmé que son parti n’irait pas au dialogue national. Une décision qui suscite déjà maintes réflexions, au regard de l’annonce faite par les élus de ce même parti qui, eux, disent oui au dialogue national.

On est ainsi tenté de se demander combien de 7MP existe-t-il finalement ? En tout cas, l’avenir nous le dira.

KAL/FSS

 

  Estuaire


 

Accueil