Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

mercredi 15 février 2017


Responsabilté et civisme fiscal au menu d’une réunion à Franceville



FRANCEVILLE, 9 FEV. (AGP)- Le gouverneur de la province du Haut-Ogooué (Sud-Est), Jacques Dénis Tsanga a convié mercredi dernier, à la mairie de Franceville, les responsables des administrations déconcentrées, des administrations décentralisées et les opérateurs économiques, à une réunion de sensibilisation pour un comportement citoyen dans la conduite de leurs missions, ainsi qu’au respect des normes fiscales.

Cette réunion a débuté par les exposés relatifs aux missions sur le terrain, de certaines administrations opérant dans le secteur du contrôle et du recouvrement fiscal.
Parmi les dix administrations recensées au total dans ce cadre, seules deux ont intervenu dans cette première phase.

Le directeur provincial du commerce, Jerry Mackanga Bindza, premier intervenant, a décliné les missions assignées à son administration, conformément à une loi de 1974. Celle-ci, dispose que l’administration du commerce a un rôle de régulateur, sur le plan général, des activités commerciales en République gabonaise.

La même loi confère des prérogatives étendues à son administration, dans le cadre de la vérification et de la régularité en matière de commerce, de même que le constat des infractions, en collaboration avec d’autres administrations compétentes.

Aussi, a-t-il indiqué à l’endroit des commerçants réfractaires, « nous ne sommes pas vos ennemies, mais plutôt des partenaires ».

Le directeur provincial des impôts dans le Haut-Ogooué et l’Ogooué-Lolo, Nicolas Wandji Mvou s’est appesanti sur l’importance du paiement de l’impôt. Il a, dans son propos liminaire, informé les opérateurs économiques, que ledit paiement dépend de la taille et du lieu d’implantation de l’entreprise ou de l’activité, non sans préciser qu’il existe 4 régimes en matière fiscale avec des montants bien définis. Il s’agit, de la patente et la licence, l’impôt sur les sociétés (IS), les retenues sur salaires (RSS) et les taxes.

M. Wandji Mvou les a ensuite expliqués, que l’acquittement des obligations fiscales permet de faire fonctionner l’Etat, par le paiement des salaires des fonctionnaires, le maintien de l’équilibre budgétaire et de la sécurité du pays, surtout dans un contexte marqué par la chute des prix des matières premières.

Ce dernier a souhaité qu’au sortir de cette rencontre, il existe désormais, un contrat de confiance entre les opérateurs économiques et l’administration déconcentrée. Les commerçants ont, par contre, dénoncé les multiples contrôles effectués par les différentes administrations, créant parfois un désordre. Cette manière de faire pose une fois de plus, le débat sur le conflit de compétence entre ces différentes structures.

Le gouverneur de la province, représentant l’administration centrale, a reconnu la faiblesse des textes actuels devenus obsolètes, qui nécessitent une refonte, pour déterminer clairement le rôle de chaque administration.Toutefois, a-t-il martelé, ces dispositions n’empêchent en rien, les opérateurs économiques de se soumettre à leurs obligations fiscales.

« L’instauration de la bonne gouvernance, n’est pas seulement l’affaire d’un pouvoir central », a signifié le n°1 de la province du Haut-Ogooué, appelant ainsi chacun à bien jouer son rôle, en faisant preuve de probité, de responsabilité et de transparence qui concourent au développement du pays.

Depuis la chute des coûts des matières premières, le Gouvernement gabonais, met un accent particulier sur les recettes hors pétrole, afin de booster le budget de l’Etat.

HUN/FSS

 

  Haut-Ogoué


 

Accueil