Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

mardi 2 août 2016


Des kits à plus de 1500 jeunes gabonais après trois mois de formation



LIBREVILLE, 2 août (AGP) – Quelque 1785 jeunes sans emplois ont reçu mardi, à Libreville des kits composés de caisses à outils mécaniques, des coupeuses de carreaux, des machines à coudre dans le cadre d’un programme "Un jeune, un métier", mise en place par le ministère de la formation professionnelle et de l’insertion des jeunesse.

Ces différents kits permettront à ces jeunes de s’autonomiser et surtout de s’auto employer.

Selon la coordinatrice dudit projet, Mme Louise Marie Soumaho, ce projet avait pour ambition d’organiser un programme de formation des jeunes de la rue non scolarisés et déscolarisés dont l’âge varie entre 16 et 35 ans.

La formation s’articulait autour des activités génératrices de revenus par des petits métiers, indique-t-on.

« Ces jeunes ont pu bénéficier au cours de leur formation d’une somme de 50.000 FCFA) afin d’assurer leur déplacement », a affirmé Mme Soumaho.

Selon elle, la deuxième particularité de cette formation, a consisté à ce que près de 200 jeunes nés à Libreville et n’ayant pas une pièce d’Etat civil aient pu bénéficier d’un jugement supplétif afin d’avoir une existence légale.

Ce projet a vu la participation des administrations telles l’Office nationale de l’emploi (l’ONE), la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), les centres de formation et de perfectionnement professionnel de Nkembo, le Centre de formation et de perfectionnement de Basile Ondimba, le Centre interafricain pour le développement de la formation professionnelle, ainsi que les ONG Malachie et SIFOS.

Les récipiendaires pour leur part, se sont insurgés contre cette donation qui, selon eux, ne correspond pas à leur formation.
« J’ai suivi une formation dans la tôlerie peinture et je me retrouve avec le matériel de la carrosserie », s’est plaint Jules Arnaud Mba Aboghé.

« Nous avons suivi une formation dans la sérigraphie et à notre surprise nous avons reçu des kits dans le batik, ce qui est contraire à notre formation », s’est indigné Martha Mavouza.

La distribution des kits se poursuivra vendredi prochain à Libreville dans les filières de la maçonnerie, de menuiserie, de la coiffure l’esthétique, manucure, et l’électricité froid.

CSM/CEMM/IM

 

  Estuaire


 

Accueil